Accéder au contenu principal
ETHIOPIE

Un attentat frappe la capitale éthiopienne

3 min

Une bombe, placée dans un minibus, a explosé à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, à proximité du ministère des Affaires étrangères. Au moins trois personnes ont été tuées. Ecoutez Emmanuel Goujon, correspondant AFP en Ethiopie.

Publicité

Trois personnes ont été tuées par l'explosion d'une bombe mardi soir près du ministère éthiopien des Affaires étrangères situé dans le centre d'Addis Abeba, a rapporté la radio d'Etat.

La radio a cité un chef de la police, Tesfaye Meressa, qui a affirmé que "trois personnes sont mortes quand une bombe a explosé dans un minibus (...) tandis que quatre autres personnes ont reçues des blessures plus ou moins graves."

"Nous avons lancé une enquête suite à cette affaire", a ajouté ce policier, sans donner plus de précision.

Un journaliste de l'AFP qui a pu se rendre sur les lieux de cet attentat en dépit des barrages de la police fédérale éthiopienne a constaté qu'une minibus avait été réduit en un amas de ferrailles à la suite vraisemblablement d'une explosion.

Le véhicule de marque Toyota bleu et blanc, immatriculé à Addis Abeba, n'avait plus de toit, la plupart des sièges étaient brûlés et tout le côté arrière droit avait été pulvérisé.

La carcasse était située devant l'Office national éthiopien de cartographie, à moins de cinquante mètres de l'entrée du ministère des Affaires étrangères, a constaté l'AFP.

"Il y a eu une explosion dans un minibus. Il y a des blessés et sans doute des morts. Cela ressemble à une attaque terroriste", a déclaré à l'AFP par téléphone un responsable du gouvernement éthiopien qui a souhaité garder l'anonymat.

Un important dispositif de police avait été déployé pour empêcher l'accès au site. Des enquêteurs prélevaient des restes du véhicule, tandis que des pompiers actionnaient une lance à eau pour nettoyer le pétrole répandu sur la route.

La radio n'a pas donné davantage de précisions mais des témoins qui se trouvaient près du lieu de l'explosion ont déclaré à l'AFP que l'engin explosif semblait avoir été placé dans un mini-bus.

"J'étais dans le coin lorsque l'explosion a eu lieu et un mini-bus a été réduit en pièces", a déclaré un témoin à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères interrogés par l'AFP ont déclaré qu'ils avaient entendu une forte explosion entre 19h30 et 20h30 locale (16h30 et 17h30 locale).

"J'ai vu une explosion je crois qu'il s'agissait d'un minibus, juste devant l'institut de cartographie", a indiqué un de ces diplomates à l'AFP.

Interrogées par l'AFP, les autorités éthiopiennes n'étaient pas encore en mesure de communiquer un bilan complet des victimes.

Un autre témoin avait indiqué auparavant que l'explosion s'était produite à 19h30 locale (16h30 GMT) non loin du ministère éthiopien des Affaires étrangères et d'un grand hôtel de la ville.

Vers 22h15 locale, les policiers et les pompier enlevaient toute trace de l'attentat. Une dépanneuse a emmené les restes du minibus.

Jusqu'à présent cet attentat n'a fait l'objet d'aucune revendication.

Addis Abeba a connu plusieurs attentats à la grenade ou à la bombe ces dernières années, attribuées par le gouvernement à des groupes séparatistes éthiopiens comme le Front national de libération de l'Ogaden (ONLF).

Trois personnes avaient été tuées et 18 blessées par des explosions qui ont visé des stations service à Addis Abeba le 14 avril dernier.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.