Accéder au contenu principal

Les oubliés du delta de l'Irrawaddy

Alors que le secrétaire général de l'ONU se trouve en Birmanie, les envoyées spéciales de FRANCE 24 se sont rendues dans la région du delta de l'Irrawaddy où, délaissés par les autorités, les habitants sont livrés à eux-mêmes.

Publicité

La junte birmane accepte de laisser entrer tous les travailleurs humanitaires

 

Près de trois semaines après le passage du cyclone Nargis, les autorités birmanes filtrent toujours l’aide humanitaire internationale, laissant la population désemparée. Dans la région du delta du fleuve Irrawaddy, ils seraient encore plus de deux millions à vivre dans le plus grand dénuement.

 

Les envoyées spéciales de France 24, Anaïs Boussat et Alice Beaumont, ont constaté que des cadavres flottent encore dans les rizières de la région du delta. L’un des habitants leur confie : « Notre priorité c’est de trouver à manger et un toit, on s’occupera après des corps ».

 

Dans un village du delta situé à 500 mètres de la mer, les villageois ont attendu cinq jours avant que le gouvernement ne leur envoie un demi-kilo de riz par personne, tandis que les donations privées commencent à peine à arriver. Les habitants comptent surtout sur leurs stocks de riz pour se nourrir.

 

Tous les animaux du village ont été tués, les bateaux ont été emportés par le cyclone et les rizières ont été inondées par l’eau salée. Un villageois se lamente : « A cause de l‘immense vague qui a déferlé, on a tout perdu », un autre ajoute « Moi j’ai survécu, mais je ne sais pas ce que je ressens, de la joie ou de la tristesse ».

 

Pourtant, tous gardent espoir que la situation s’améliore et personne ne veut partir du village, comme le confie l’un des habitants : « On est assez nombreux pour se serrer les coudes, et puis les camps de réfugiés sont trop loin, on n’a pas les moyens de se rendre là bas ».
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.