Accéder au contenu principal

L'ambassadeur américain menacé d'expulsion

Mugabe a menacé d'expulser l'ambassadeur des Etats-Unis. Il l'a accusé de se mêler des affaires du pays lors du lancement de sa campagne pour le second tour de la présidentielle.

Publicité

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a menacé dimanche d'expulser l'ambassadeur des Etats-Unis, qu'il a accusé de s'immiscer dans les affaires intérieures du pays.

"Aussi grand qu'il soit, s'il continue à agir ainsi, je l'expulserai du pays", a déclaré M. Mugabe dans le discours de lancement de sa campagne pour le second tour de l'élection présidentielle prévu le 27 juin.

Le chef de l'Etat a ajouté que le diplomate, James McGee, avait ordonné au leader de l'opposition Morgan Tsvangirai de rentrer au Zimbabwe.

"Quand l'ambassadeur américain a dit à Morgan de revenir, il est rentré en courant", a déclaré M. Mugabe à propos de son rival, arrivé en tête au premier tour le 29 mars.

M. Mc Gee avait été convoqué par le ministère des Affaires étrangères après avoir rendu visite le 13 mai à des victimes hospitalisées pour des violences politiques survenues depuis le scrutin.

"Cette convocation au ministère des Affaires étrangères constitue le premier avertissement délivré à l'ambassadeur américain qu'aucune ingérence dans les affaires intérieures zimbabwéennes ne sera tolérée", avait déclaré le ministre des Affaires étrangères Simbarashe Mumbengegwi, le 16 mai, deux jours après l'entretien.

"Le gouvernement du Zimbabwe n'hésitera pas à invoquer les dispositions adéquates des conventions et protocoles qui régissent la conduite des relations diplomatiques entre les Etats", avait-il ajouté.

Selon la convention, les diplomates peuvent être expulsés s'ils interviennent dans les affaires intérieures du pays où ils sont en poste.

James McGee, nommé au Zimbabwe l'an dernier, a provoqué la colère de Harare en allant, avec d'autres diplomates occidentaux, rendre visite à des victimes de violences en dehors de la capitale sans en informer les autorités de Harare.

"C'est une violation des règles et des règlements qui stipulent que les diplomates voyageant à plus de 40 km de la capitale doivent en faire la demande préalable auprès du ministère des Affaires étrangères", avait affirmé M. Mumbengegwi.

Il avait regretté que le diplomate américain ait fait "des commentaires politiques désobligeants et des remarques provocatrices".

"Ceci, à nouveau, constitue une ingérence dans les affaires internes du Zimbabwe", avait dit le ministre.

En 2005, Harare avait déjà convoqué l'ambassadeur américain de l'époque, Christopher Dell, pour le mettre en garde contre une "ingérence" dans les affaires intérieures du pays après qu'il eut accusé le gouvernement de M. Mugabe de corruption.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.