Accéder au contenu principal
BIRMANIE - CONSTITUTION

Les Birmans adoptent la nouvelle Constitution de la junte

3 min

Les autorités birmanes ont annoncé que la nouvelle Constitution avait été adoptée à plus de 92 % par les électeurs. La première phase du référendum s'était déroulée une semaine après le passage du cyclone Nargis, dans un pays dévasté.

Publicité

Le régime militaire en Birmanie a crié victoire lundi en affirmant que sa Constitution avait été approuvée au plan national par plus de 92% des électeurs et que la participation avait atteint 98% en dépit des destructions et de la crise humanitaire provoquées par le cyclone Nargis.

Par ailleurs, la junte s'apprête à examiner l'ordre d'assignation à résidence de la figure de proue de l'opposition, Aung San Suu Kyi, et des diplomates occidentaux se demandent comment les généraux au pouvoir traiteront cette question et les modalités juridiques de la décision.

Maintenue en isolement dans sa maison délabrée de Rangoun, Mme Suu Kyi, 62 ans, a été privée de liberté pendant la majeure partie des 18 dernières années.

Sa formation politique --la Ligue nationale pour la démocratie (LND)-- avait très largement remporté des élections pluralistes en 1990 mais les militaires n'avaient pas honoré les résultats.

La télévision d'Etat a annoncé lundi que 92,93% des électeurs avaient approuvé la nouvelle Constitution des généraux lors de la dernière phase d'un référendum, qui s'est tenue samedi dans les zones dévastées par Nargis.

Elle a ajouté que la participation s'était établie à 93% parmi les 4,5 millions d'électeurs habilités à voter dans les 47 municipalités des régions de Rangoun et du delta de l'Irrawaddy où le scrutin a eu lieu malgré la crise humanitaire.

Le cyclone qui a fait, selon un bilan officiel, au moins 133.600 morts et disparus les 2 et 3 mai derniers, a ravagé de grandes régions du sud de la Birmanie où la majorité des 2,4 millions de sinistrés n'a toujours reçu aucune aide internationale plus de trois semaines après la catastrophe, selon l'ONU.

La première phase du référendum constitutionnel s'était tenue le 10 mai, soit une semaine après Nargis, dans la plupart des régions birmanes (au total 278 municipalités). La junte avait très vite affirmé que 92,4% des électeurs avaient voté "oui" ce jour-là, en citant un taux de participation de 99,07% sur les 22,7 millions d'électeurs qui avaient été appelés à voter.

Au total, sur l'ensemble du territoire, la nouvelle Constitution a été approuvée par 92,48% des électeurs et la participation a atteint 98%, a déclaré lundi la télévision contrôlée par le régime.

Des opposants ont d'ores et déjà dénoncé un scrutin "truqué" et la LND de Mme Suu Kyi, qui avait appelé à un report du référendum en raison du cyclone, a totalement rejeté les résultats.

Le régime birman affirme que l'approbation de sa Constitution ouvrira la voie à des "élections multipartites" en 2010 et à un éventuel "transfert de pouvoir" aux civils, mais l'opposition qualifie le texte "d'anti-démocratique", estimant qu'il vise à pérenniser le poids de l'armée, au pouvoir depuis 1962.

L'annonce politique de lundi est intervenue au lendemain d'une conférence de pays donateurs et d'organisations internationales à Rangoun, en présence du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui a examiné les moyens d'aider la Birmanie à se relever après le cyclone.

Alors que la Birmanie parle déjà de "reconstruction" et cherche à consolider des promesses d'aides financières, les Nations unies et de nombreux pays occidentaux estiment qu'on est toujours dans une "phase d'urgence" où il faut "sauver des vies".

Après des lenteurs et des blocages qui ont étonné la communauté internationale, Ban Ki-moon a affirmé que le numéro un de la junte, le généralissime Than Shwe, lui avait garanti que "tous" les humanitaires étrangers seraient autorisés à entrer dans le pays mais, lundi, de nombreuses ONG restaient très prudentes, estimant qu'il fallait vérifier sur le terrain si cet engagement serait tenu.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.