Accéder au contenu principal
CANADA - POLITIQUE

Le chef de la diplomatie canadienne démissionne

3 min

Le Premier ministre canadien Stephen Harper a annoncé la démission de son ministre des Affaires étrangères, Maxime Bernier. En pleine tourmente depuis des semaines, il aurait notamment laissé traîner des documents confidentiels.

Publicité

Le chef de la diplomatie canadienne Maxime Bernier, dont l'opposition réclamait le départ depuis plusieurs semaines, a démissionné pour avoir laissé traîner des documents secrets, a annoncé lundi soir le Premier ministre Stephen Harper.

M. Bernier était en butte depuis plusieurs semaines aux critiques de l'opposition, qui lui reprochait plusieurs gaffes, ainsi qu'une relation passée avec une femme ayant eu des liens avec les milieux du crime organisé.

"M. Bernier s'est rendu compte qu'il avait laissé des documents classifiés du gouvernement dans un endroit non sécurisé. C'est une grave erreur", a déclaré M. Harper, ajoutant: "il m'a donné sa démission et je l'ai acceptée".

M. Harper, le visage tendu, a affirmé que le départ de M. Bernier n'avait rien à voir avec sa vie privée, lors d'un bref point de presse avant de s'envoler pour une tournée de trois jours en Europe. Il n'a pas précisé où ces documents avaient été laissés ni leur nature.

Des médias canadiens notaient cependant que la démission du ministre est intervenue le jour où son ancienne petite amie, Julie Couillard, devait faire des révélations à la télévision, indiquant que c'est chez elle qu'il avait laissé les papiers incriminés.

Mme Couillard a indiqué dans l'interview que M. Bernier avait effectivement laissé chez elle un document qui lui était adressé, mais n'a pas voulu donner d'autres détails. Elle a également laissé entendre qu'elle avait été placée sur écoutes.

M. Harper a annoncé que M. Bernier serait remplacé temporairement aux Affaires étrangères par le ministre du commerce international David Emerson. La ministre du Patrimoine canadien Josée Verner s'occupera quant à elle de la Francophonie.

M. Bernier, 45 ans, avait été nommé aux Affaires étrangères en août 2007, après avoir occupé le portefeuille de l'industrie.

Il avait rapidement été en butte aux railleries puis aux critiques de l'opposition qui ont culminé avec des révélations indiquant que Mme Couillard avec qui il avait rompu récemment, avait eu des liens étroits avec des membres d'un gang de motards.

Estimant qu'une telle relation pouvait présenter des risques pour la sécurité du pays, l'opposition demandait avec insistance de savoir si des vérifications avaient été faites à ce sujet. Le gouvernement refusait de répondre faisant valoir qu'il s'agissait d'une affaire purement privée et accusant l'opposition de colporter des ragots.

M. Harper avait encore répété lundi qu'il n'avait pas "l'intention de faire de commentaires sur une ancienne petite amie d'un ministre".

L'opposition avait déjà réclamé le départ de M. Bernier en avril après que celui-ci eut mis Ottawa dans l'embarras en déclarant publiquement que le président afghan Hamid karzaï devrait remplacer le gouverneur de la province de Kandahar, région où se trouve déployé le contingent de 2.500 soldats canadiens.

Tout récemment, il avait été critiqué pour avoir proposé au Programme alimentaire mondial (PAM) un avion de transport militaire canadien pour amener des hélicoptères en Birmanie.

Il s'était un peu avancé, car aucun de ces appareils n'était disponible, et Ottawa avait dû louer un avion pour tenir sa promesse.

Plusieurs responsables de l'opposition ont estimé que le départ de M. Bernier était devenu inévitable, reprochant au Premier ministre de l'avoir défendu trop longtemps et réclamant des précisions sur les documents que le ministre a laissé traîner.

"C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase après une accumulation d'incompétence", a lancé Jack Layton, chef du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.