Accéder au contenu principal

La bataille de l'Arctique au sommet du Groenland

Les riverains de l'Arctique, la Russie, la Norvège, le Danemark, les Etats-Unis et le Canada, sont réunis pour discuter du partage de l'océan Arctique. Ses réserves potentielles de pétrole attisent les convoitises. (Récit : E. Allain)

Publicité

Les cinq pays riverains de l'Océan arctique ont affirmé mercredi leur volonté de coopérer pour protéger l'environnement de cet océan à l'issue d'un sommet ministériel au Groenland qui visait à désamorcer leurs différends.

Dans une déclaration finale, les ministres et représentants du Canada, du Danemark, des Etats-Unis, de la Norvège et de la Russie se sont "engagés à prendre des mesures en conformité avec les lois internationales et nationales pour assurer la protection et la préservation du fragile environnement marin de l'Océan arctique".

Les participants, réunis à Ilulissat (ouest du Groenland), ont promis également de "renforcer leur coopération basée sur une confiance mutuelle et la transparence".

Les cinq voisins de l'Arctique se sont réunis mercredi pour désamorcer leurs différends territoriaux sur cette région potentiellement richissime en ressources énergétiques, à l'initiative du ministre danois des Affaires étrangères Per Stig Moeller et du Premier ministre du gouvernement local du Groenland, Hans Enoksen.

La Russie et la Norvège étaient représentées par leurs ministres des Affaires étrangères, respectivement Sergueï Lavrov et Jonas Gahr Stoere, les Etats-Unis par le numéro deux du département d'Etat John Negroponte et le Canada par son ministre des ressources naturelles Gary Lunn.

Ils sont convenus "d'oeuvrer ensemble, y compris à travers l'Organisation maritime internationale pour renforcer les mesures existantes et développer de nouvelles mesures afin d'améliorer la sécurité de la navigation maritime et prévenir et réduire les risques de pollution dans l'Arctique.

Cette coopération "déjà étroite" inclut "la collecte de données scientifiques sur le plateau continental, la protection de l'environnement marin et autres recherches scientifiques", souligne la déclaration.

La course aux richesses potentielles de l'Arctique s'est accélérée à la suite du réchauffement climatique, lequel, s'il se poursuivait, créerait de bonnes conditions pour les transports maritimes et l'exploitation des ressources encore inexploitées du sous-sol marin.

Le Canada et le Danemark (représentant le Groenland, son territoire d'outre-mer) se disputent la souveraineté d'une île rocailleuse Hans Oe, tandis que Canadiens et Américains s'opposent sur la propriété du Passage du Nord-Ouest, entre l'Atlantique et le Pacifique, qui pourrait être navigable toute l'année vers 2050 sous l'effet de la fonte de la banquise.

La Russie a planté durant l'été 2007 son drapeau par quelque 4.000 m de profondeur sous le pôle Nord pour y affirmer sa souveraineté.

Elle a déjà déposé depuis 2001 à l'ONU une demande d'extension de son territoire maritime, au-delà des 200 milles nautiques.

La Norvège a fait la même demande pour l'archipel de Svalbard.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.