Accéder au contenu principal
ENVIRONNEMENT - CLIMAT

200 millions de réfugiés climatiques d'ici 2050

2 mn

Les experts de plusieurs agences de l'ONU ont exprimé leur crainte de voir les changements climatiques entraîner une accélération des migrations dans le monde, qui pourraient concerner jusqu'à 200 millions de personnes.

Publicité

Les experts de plusieurs agences de l'ONU ont souligné jeudi à Athènes leur crainte de voir les changements climatiques entraîner une accélération des migrations dans le monde, qui pourraient concerner jusqu'à 200 millions de personnes en 2050.

"Le Haut commissariat pour les réfugiés estime que 24 millions de personnes dans le monde ont déjà émigré en raison de facteurs environnementaux", a déclaré la ministre grecque des Affaires étrangères, Dora Bakoyannis, ouvrant une conférence internationale consacrée aux changements climatiques.

Le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, Michel Jarraud, a affirmé que "la dégradation qualitative et quantitative" en matière d'eau potable allait créer "de nouvelles tensions", avec un déclin de l'agriculture dans les régions touchées et une poussée des migrations.

Le directeur adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM), John Powell a précisé que 2 milliards de personnes vivaient actuellement dans des zones arides et 90% dans des pays en voie de développement où "les agriculteurs essayent de nourrir leur famille au jour le jour".

Le directeur de l'Institut pour l'environnement et la sécurité humaine de l'ONU Janos Bogardi a indiqué que les migrations pourraient atteindre 50 millions de personnes en 2010, 200 millions en 2050 et plus de 700 millions par la suite.

"La désertification et la hausse du niveau de la mer vont provoquer des déplacements", a-t-il affirmé. En Egypte, la désertification concernerait 16 millions de personnes. Au Vietnam, la hausse du niveau de la mer entraînerait le recouvrement des cultures et une perte de 30% du PIB, a-t-il dit.

Il faut agir notamment "pour dépénaliser les mouvements migratoires". "La migration est traitée du point de vue du Nord, on doit changer et se mettre à la place des gens du Sud", a-t-il lancé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.