FRANCE - AFGHANISTAN

Un Français serait aux mains des Taliban en Afghanistan

Un porte-parole des Taliban a déclaré à notre correspondante en Afghanistan, Claire Billet, que le Français enlevé jeudi sur une route au sud-est du pays, était aux mains des Taliban. (Reportage : C. Billet)

Publicité

Retrouvez également deux de nos reportages exclusifs : Sur les terres des Talibans, de C. Billet, et L'enfer afghan, de N. Ransom et  M. Mabin.


L’entrepreneur français et ses trois collègues afghans enlevés le 29 mai dernier dans la province de Ghazni seraient aux mains des Taliban.

 

C’est en tout cas ce qu’a déclaré un porte-parole du groupe islamiste, Zabiullah Mudjahid, à Claire Billet, correspondante de FRANCE 24 en Afghanistan.

 
Cette province est réputée dangereuse et selon un policier, plus de quarante groupes de Taliban, soit  environ mille hommes, y sont basés. Seule la capitale, Ghazni, est sécurisée.Les habitants évitent d’emprunter la route qui traverse le district de Moqar, celle où le Français aurait été enlevé. "Des combats et des attaques ont lieu tous les jours", témoigne un passant.
 
 

Pourtant, du côté des autorités, on évite d'évoquer l'insécurité croissante et officiellement, il n’y a pas eu d’enlèvement. "Il n'y a aucune preuve de l'enlèvement. Si le Français avait été arrêté par des Taliban dans le district de Guilan, quelqu'un aurait dû le voir !", déclare Khan Mohamad Mudjahed, chef de la police de la province de Ghazni.

 

Sher Ahmad Aidan, le journaliste afghan qui a été le premier à apprendre l’enlèvement, est persuadé du contraire. Il affirme que les Taliban l’ont contacté par téléphone. "Ils m'ont dit qu'ils avaient un étranger et son chauffeur. C'est comme ça que j'ai su pour le Français", explique-t-il.

  

Le commandant Taliban qui retient le Français a contacté sa hiérarchie, qui devrait entamer des négociations discrètes avec les autorités françaises. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine