HANDBALL - JEUX OLYMPIQUES

Les handballeurs français seront à Pékin

La France décroche sa qualification pour les Jeux olympiques de Pékin grâce à une victoire contre l'Espagne. L'équipe française n'hésite pas à préciser que son objectif pour la compétition est l'obtention d'une médaille.

Publicité

Cinq minutes à peine après que la Tunisie a envoyé samedi la France aux Jeux en arrachant un match nul à la Norvège, le DTN du handball français Philippe Bana a annoncé que l'objectif des Bleus à Pékin serait une médaille.

"On ne va pas aux Jeux pour rigoler. On visera une médaille, on n'y va pas pour autre chose", a dit avec force le directeur technique national, fier que les hommes aient imité les femmes.

L'équipe de France de handball, multi-médaillée européenne et mondiale, n'a jamais réussi à grimper sur le podium des Jeux depuis sa médaille de bronze à Barcelone en 1992 : quatrième en 1996, sixième en 2000 et cinquième en 2004.

"On a accumulé trop de souffrances depuis Atlanta. Il y a une concentration extrême depuis quinze jours, début du rassemblement", a assuré Bana. La qualification a été décrochée après deux matches maîtrisés, le premier face à la Tunisie (34-25) et le second, plus difficile, face à l'Espagne (28-24).

Dans les deux cas, la France a su s'appuyer sur sa défense, son éternel point fort. A chaque fois que celle-ci s'est mise en place sérieusement, elle n'a offert aucune position de tir : huit buts encaissés dans sa première mi-temps face à la Tunisie, onze en seconde face à l'Espagne.

C'est certainement sur cette défense et son homme de base, Didier Dinart, que la France construira son parcours olympique.



REPOSER LES TITULAIRES

Mais le sélectionneur Claude Onesta s'est réjoui de trouver une attaque en forme durant ce tournoi de qualification olympique (62 buts marqués).

"On ne pourra pas toujours s'appuyer sur cette sacro-sainte défense, nos adversaires la connaissent, ils l'étudient à la vidéo", a-t-il dit après le match contre l'Espagne.

"C'est bon de savoir qu'on peut compter sur une attaque qui marque malgré les pertes de balles ou le manque de lucidité dans la finition."

Face à l'Espagne, son vrai test du week-end, la France a compté sur des exploits individuels en première mi-temps, lorsqu'elle ne trouvait pas de positions.

La forme affichée par Nikola Karabatic dans ce match (7 buts) a donné certaines garanties au sélectionneur.

Le joueur de Kiel, qui a perdu la finale de la Ligue des champions il y a trois semaines, était apparu le plus fatigué lors du rassemblement de Capbreton.

Pour les Bleus, que le suspense prenne fin dès samedi soir ne peut pas être une mauvaise chose au vu des débuts de blessure de Bertrand Gille, Michaël Guigou ou Didier Dinart lors de ces deux jours.

Les joueurs français et leur staff avaient dénoncé avant ce TQO son organisation à la fin d'une saison éreintante notamment pour les joueurs étrangers.
Finalement, l'effectif aura beaucoup tourné sur le terrain, entre une deuxième période en roue libre contre la Tunisie et le match contre la Norvège de dimanche.

"Il sera toujours temps de se relâcher si la Tunisie nous offre la qualification", avait annoncé Onesta samedi après-midi.

Nul doute que dimanche, il pensera seulement aux Jeux et à l'équipe de France et préservera ses titulaires fatigués.

N'en déplaise au public de Bercy, à l'Espagne et à la Tunisie, qui craignent de voir les Bleus démobilisés face à la Norvège, dimanche après-midi.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine