FOOTBALL - EURO 2008

Les Bleus peaufinent leur préparation

Les Bleus n'ont pas vraiment impressionné lors de leurs matches amicaux, notamment avec le 0-0 face au Paraguay. Pourtant, avec Thierry Henry, Karim Benzema et tous les nouveaux, les promesses sont là.

Publicité

CLAIREFONTAINE - Karim Benzema se sent pleinement capable de répondre aux attentes qu'il suscite pour l'Euro, malgré son jeune âge et à peine plus d'un an en Bleu.

 

Titulaire samedi soir contre le Paraguay, l'attaquant lyonnais n'a pas marqué ni fait marquer. Il a pourtant éclaboussé la rencontre de son talent pendant son heure passée sur la pelouse du Stadium de Toulouse pour ce deuxième match de préparation des Bleus avant l'Euro.

 

Meilleur buteur du dernier championnat avec 20 réalisations, élu meilleur joueur de Ligue 1 par ses pairs, Benzema revêt progressivement les habits d'un joueur incontournable en équipe de France à huit jours du premier match de l'Euro contre la Roumanie.

 

"Oui, on attend beaucoup de moi", a-t-il admis dimanche avec une sérénité assumée, presque étonné que la question soit posée à un attaquant de seulement 20 ans.

 

"Je sais que l'équipe de France, c'est vraiment le très haut niveau. A moi de faire de bonnes prestations."

 

Acclamé par le public toulousain vendredi soir, Benzema accepte sans broncher sa notoriété nouvelle et les responsabilités que les supporters aimeraient lui faire porter.

 

 

 

"JE SAIS CE QUE JE DOIS FAIRE"

 

"J'ai toute confiance en moi, comme d'habitude", a-t-il expliqué, d'un ton parfaitement naturel.

 

"J'en suis quand même à ma 10e sélection. C'est de l'expérience en plus de jouer des matches. Je commence à me sentir de mieux en mieux dans cette équipe", a-t-il poursuivi.

 

Rien ne va trop vite pour Benzema, dont la première expérience en Bleu ne remonte qu'au mois de mars 2007.

 

"Non, c'est dans ma profession. Même si je n'ai que 20 ans, j'ai déjà joué des gros matches, comme Manchester United en Ligue des champions", a-t-il rappelé d'un ton digne d'un vieux grognard.

 

Face au Paraguay, les plus belles actions françaises sont nées de son entente avec Franck Ribéry, son complice sur et en dehors du terrain.

 

"De toute facon, avec un mec comme Ribéry, c'est simple de jouer au ballon. C'est quelqu'un qui respire le foot", a-t-il dit.

 

Diplomate, il reconnaît le statut "indiscutable" de Thierry Henry dans l'attaque des Bleus.

 

"Après, on est trois pour une place. Je suis dans l'état d'esprit d'essayer de donner le maximum", a-t-il toutefois prévenu face à la concurrence de Nicolas Anelka et de Bafetimbi Gomis.

 

L'idée d'être titulaire à l'Euro n'a de toute façon rien pour l'effrayer: "Si j'ai la chance de jouer des gros matches, je sais ce que je dois faire."

 

Mieux, quand il songe au tournoi à venir, il se verrait bien "marquer à chaque match".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine