MACEDOINE - LEGISLATIVES

L'OSCE critique les élections en Macédoine

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dénonce des violences lors des élections législatives anticipées de dimanche qui "ont empêché de nombreux électeurs d'exprimer librement leur volonté".

Publicité

Les normes internationales n'ont pas été respectées lors des élections législatives anticipées de dimanche en Macédoine, a estimé l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans un rapport diffusé lundi.

Le chef de la délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a mis en cause des "actions irresponsables, violentes et destructrices de militants des deux principaux partis albanais" de Macédoine.

"Les normes internationales n'ont pas été respectées lors des élections d'hier et il y a eu des tentatives organisées afin de perturber violemment le processus électoral dans les zones albanaises" de Macédoine, a déclaré l'OSCE dans son rapport présenté à la presse à Skopje.

Ces perturbations "ont empêché de nombreux électeurs dans de nombreux endroits d'exprimer librement leur volonté", selon l'OSCE.

Des violences ayant fait un mort et neuf blessés ont entaché les élections, remportées par le parti conservateur du Premier ministre sortant Nikola Gruevski.

"La violence et les tentatives de manipuler la campagne électorale et le vote ont jeté une ombre sur un scrutin qui d'une manière générale a été bien conduit", a estimé Pia Christmas-Möller, vice-présidente de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE et coordinatrice de la mission d'observation des élections macédoniennes.

"La violence que nous avons enregistrée dans des zones albanaises est une atteinte inacceptable à la paix et aux citoyens", a déclaré Mme Christmas-Möller.

Les Albanais constituent 25% des quelque deux millions d'habitants de la Macédoine.

Mevlut Cavusoglu, chef de la délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, a estimé que les violences survenues au cours des élections "ne sont pas compatibles avec le processus démocratique et l'intégration de ce pays dans l'UE et dans l'OTAN".

"Il est très regrettable qu'une proportion importante de l'électorat ait été privée du droit d'exprimer sa volonté en raison des actions irresponsables, violentes et destructrices de militants des deux principaux partis albanais", a-t-il déclaré.

M. Gruevski, chef du parti conservateur VMRO-DPMNE, s'est engagé, lors d'une déclaration dimanche soir au siège de son parti à Skopje, à organiser à la demande de l'Union européenne un nouveau scrutin dans les endroits où des irrégularités se sont produites.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine