RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

La Turquie prête à signer le protocole de Kyoto

Le gouvernement turc a décidé de signer le protocole de Kyoto sur la lutte contre le réchauffement climatique, selon le porte-parole du gouvernement, Cemil Cicek. Ce protocole est déjà ratifié par plus de 170 pays.

Publicité

Les autorités turques ont décidé d'approuver le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et transmettront un projet de loi en ce sens au Parlement.

C'est ce qu'a déclaré lundi Cemil Cicek, porte-parole du gouvernement.

Pour l'heure, 37 pays industrialisés se sont engagés à réduire d'au moins 5% leurs émissions de dyoxide de carbone par rapport au niveau de 1990 d'ici 2012, et le protocole, entré en vigueur en 2005, a été ratifié par plus de 170 pays.

"La Turquie n'avait pas signé ce protocole pour des raisons qui la regardent, mais ne pas le signer l'a exclue des discussions", a noté Cicek à l'issue d'un conseil des ministres.
Le parti au pouvoir dispose d'une solide majorité au Parlement et la ratification du protocole semble plus que probable.

La signature du protocole permettra à la Turquie d'avoir son mot à dire dans les négociations sur sa mise en oeuvre et d'exprimer éventuellement des réserves, a déclaré M. Cicek aux journalistes à l'issue d'une réunion gouvernementale.

"C'est la raison pour laquelle la Turquie a besoin d'adopter le protocole et de prendre une part plus active au processus", a-t-il souligné.

Le porte-parole a ajouté que le protocole serait soumis pour approbation au parlement "dans les délais les plus brefs possibles", sans fixer de délai.

La Turquie avait précédemment indiqué qu'elle pourrait signer le protocole au plus tôt en 2015 dans la mesure où elle doit encore achever son industrialisation et où elle doit faire face à des coûts gigantesques pour assurer une protection adéquate de l'environnement.

Ankara est déjà pressée par l'Union européenne -dont elle aspire à devenir membre- d'améliorer considérablement ses normes environnementales.

Le protocole de Kyoto, qui expire en 2012, impose aux pays qui l'ont ratifié des réductions d'émissions des six principales substances responsables du réchauffement de l'atmosphère, notamment le CO2 (dioxyde de carbone).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine