ETHIOPIE - REPORTAGE

Des denrées alimentaires aussi rares que les clients

Le coût de la vie flambe en Éthiopie. Même le teff, la céréale nationale devient peu à peu hors de portée. Reportage à Shashemene de F. Berruyer et N. Trabelsi.

Publicité

La pluie est de retour en Ethiopie, et l’herbe est redevenue verte pour le bonheur des troupeaux. Mais pour les hommes le mal est fait. La sécheresse a grillé la récolte de l’hiver et beaucoup de familles ne peuvent plus se nourrir à leur faim.

De nombreuses femmes vont dans des centres d’urgence pour tenter de sauver leurs enfants. L’une d’elle confie à FRANCE 24 : "Mon mari gagne moins d’un euros par jour, mais il n’y avait pas de travail dans les champs. On n’a pas pu nourrir notre bébé. Je suis venue demander de l’aide".

Au marché, les denrées sont aussi rares que les clients. Les prix flambent et les Ethiopiens n’ont plus les moyens de payer. En plus de la sécheresse, les Ethiopiens doivent faire face à la hausse des cours mondiaux. Des enfants se retrouvent à chaparder quelques grains.

La vie est même devenue difficile pour les marchands. "J’ai du mal à joindre les deux bouts et à faire vivre ma famille", témoigne une marchande. "Même si je gagne plus, pour nous aussi les prix ont augmenté", ajoute-t-elle.

Les prix augmentent chaque semaine et les clients se renseignent avant d’acheter pour savoir s’ils ont encore les moyens de manger.

En trois mois, le coût du teff, la céréale nationale a doublé. "C’est notre principal aliment", explique une cliente, "je ne sais pas jusqu’à quand je pourrai en acheter", ajoute-t-elle.

Une commerçante confirme : "la plupart des gens n’ont pas assez d’argent pour acheter le teff à ce prix. Plus les prix montent, moins j’ai de clients."

En Ethiopie, le teff constitue l’ingrédient de base de la galette de pain. Alors que la famine menace, il est devenu le symbole de l’augmentation du coût de la vie. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine