INDONESIE

57 intégristes musulmans arrêtés à Jakarta

57 fondamentalistes musulmans du groupe islamique radical Front des défenseurs de l'islam ont été interpellés à Jakarta. Ils sont suspectés d'avoir passé à tabac des militants pour la tolérance religieuse.

Publicité

Un total de 57 fondamentalistes musulmans suspectés d'avoir agressé dimanche à Jakarta des militants pour la tolérance religieuse ont été interpellés mercredi, a annoncé la police indonésienne.

L'opération d'arrestation, impliquant des centaines de policiers, s'est déroulée à l'aube au siège du Front des défenseurs de l'islam (FPI), un groupe islamique radical familier des actions coup de poing, a indiqué le porte-parole de la police Abubakar Nataprawira.

"Nous avons interpellé un total de 57 personnes pour les interroger. Toutefois, savoir si nous retiendrons ou pas des charges à leur encontre dépendra de leur interrogatoire", a-t-il déclaré à l'AFP.

De nombreuses voix en Indonésie pressaient depuis dimanche le gouvernement d'agir fermement contre ces fondamentalistes, en affirmant que les autorités se devaient de défendre la Constitution garante d'une identité confessionnelle plurielle dans ce pays musulman le plus peuplé du monde.

Les membres du FPI avaient frappé dimanche avec des bâtons les participants à une manifestation pour la liberté de culte, faisant des dizaines de blessés. Des personnalités respectées qui participaient au rassemblement avaient été passées à tabac.

Les autorités indonésiennes sont souvent accusées de rechigner à agir contre ceux qui affirment défendre - même avec des moyens illégaux - l'islam.

Selon des associations la liberté religieuse est en danger en Indonésie et les confessions minoritaires (catholiques, protestants, bouddhistes, hindouistes, etc), à l'ombre des 88% de musulmans, sont à terme menacées.

Elles s'inquiètent notamment des récentes persécutions visant les fidèles de l'Ahmadiyah, un mouvement spirituel pacifiste issu de l'islam qui compte 200.000 membres dans l'archipel.

Le 23 avril l'Agence coordinatrice pour la surveillance des cultes (Bakor Pakem) a appelé le président Susilo Bambang Yudhoyono à dissoudre l'Ahmadiyah.

Selon des intellectuels indonésiens, pour la première fois l'Etat, qui affirme être ni théocratique ni séculier, s'est ainsi ingéré dans le domaine de la religion.

L'Indonésie n'a jamais été un Etat islamique en plus de soixante ans d'histoire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine