PETROLE - COURS

Les autorités américaines enquêtent sur les traders

L'agence américaine de régulation des marchés des matières premières (CFTC) a lancé une vaste enquête nationale pour déterminer la responsabilité des traders dans la hausse des cours de l'or noir, qui ont plus que doublé en un an.

Publicité

Face à la flambée inédite des prix du pétrole, les autorités américaines soupçonnent les "traders" d'avoir manipulé les cours et ont lancé une série d'enquêtes, ce qui ne devrait pas pour autant freiner la hausse des cours.

Rompant avec la discrétion qui accompagne d'ordinaire ce type d'action, l'agence américaine de régulation des marchés des matières premières (CFTC) a annoncé jeudi dernier avoir lancé une "vaste" enquête nationale, depuis décembre, sur des manipulations des cours de l'or noir.

Objectif: déterminer à combien s'élève la part de la spéculation dans la hausse des prix, qui ont plus que doublé en un an.

L'agence suspecte les compagnies pétrolières et les courtiers de s'être servi d'un système de cotation très utilisé et géré par le service d'information sur l'énergie Platts, filiale du groupe McGraw-Hill, pour manipuler les prix.

Cette enquête semble se concentrer sur des opérations de faible volume en numéraire et concernent le brut ou l'essence pendant une courte période où les prix de référence sont fixés et peuvent générer de gros bénéfices.

En parallèle, le Congrès a entamé une série d'auditions, convoquant patrons de grands groupes pétroliers, mais aussi particuliers tels que le milliardaire George Soros ou des associations de défense des intérêts des consommateurs.

Entendu mardi, M. Soros a notamment indiqué que la spéculation avait contribué à former une "bulle" pétrolière.

"Les Américains n'arrivent pas à comprendre pourquoi le baril s'est renchéri de 100% en un an et de 42% depuis décembre (...) Nous voulons nous assurer qu'il y a de la transparence sur les marchés pétroliers. L'Amérique est très inquiète", a déclaré la sénatrice Maria Cantwell sur la chaîne d'informations financières CNBC.

La CFTC subit, selon les analystes, la pression des élus américains, qui "veulent donner l'impression à l'approche des élections de novembre qu'ils prennent à bras le corps l'envolée des prix de l'essence", affirme Eric Wittenauer de Wachovia Securities.

"L'important est que les ménages, qui payent très cher le gallon (3,78 litres) d'essence, sachent que la CFTC surveille de près ce qui se passe et enquête sur de possibles abus", a implicitement confirmé au Wall Street Journal Bart Chilton, l'un des membres de la commission.

Autrement dit, "la CFTC ne croit pas qu'il y ait eu une manipulation des cours", indique Ellis Eckland, courtier indépendant basé à Chicago.

Selon un sondage Gallup publié mardi dans le quotidien USA Today, 55% des Américains estiment que leur situation financière est pire que l'an dernier. L'économie est devenue leur première préoccupation.

Sur le marché de l'énergie, la manipulation de cours n'est avérée que si le courtier a généré intentionnellement des prix déconnectés de la réalité et en a profité pour engranger des bénéfices.

Pour M. Eckland, l'opinion publique américaine est persuadée depuis le scandale de l'affaire Enron que les traders traficotent les cours et veulent faire payer le citoyen lambda, qu'ils prennent pour un idiot.

En réponse, nombre d'économistes et d'analystes, dont la banque d'affaires Goldman Sachs, très écoutée sur les marchés, jugent que la flambée des prix est due à la croissance de la demande dans les pays émergents et à la perte de valeur du dollar.

"Personne ne peut nier que la Chine va consommer de plus en plus de carburant. Idem pour l'Inde", explique Phil Flynn (Alaron Trading).

"Vous avez d'un côté 85 millions de barils par jour de brut disponibles sur le marché mondial et de l'autre 86,4 millions de barils par jour de demande ... Il faudra d'abord réduire la demande avant d'espérer voir les prix baisser", argumente-t-il.

La CFTC a également lancé des enquêtes sur les marchés du coton et des céréales, dont les prix ont aussi battu des records, provoquant des émeutes de la faim partout sur la planète

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine