ETATS-UNIS - PRIMAIRES

Barack Obama revendique la victoire

Après les dernières primaires dans le Montana et le Dakota du Sud, Barack Obama remporte le nombre de délégués nécessaires pour obtenir l'investiture démocrate. Hillary Clinton n'a toujours pas pris de décision. (Récit : N. Charbit)

Publicité

Le sénateur Barack Obama a annoncé mardi qu'il serait le candidat démocrate pour la présidentielle américaine, au soir des dernières primaires de son parti.

"Ce soir, je peux me tenir devant vous et dire que je serai le candidat démocrate pour la présidence des Etats-Unis", a dit M. Obama à l'issue des primaires du Montana et du Dakota du Sud, au terme desquelles il est devenu assuré de décrocher l'investiture.

"Amérique, ceci est notre moment, ceci est notre heure, le temps de tourner la page sur les politiques du passé, le temps d'apporter une nouvelle énergie et de nouvelles idées pour les difficultés auxquelles nous faisons face, le temps d'offrir un nouveau cap au pays que nous aimons", a-t-il ajouté.

M. Obama a profité de ce discours, prononcé à Saint Paul (Minnesota, nord), futur siège en septembre de la convention républicaine où sera officiellement adoubé son adversaire John McCain, pour s'en prendre au candidat républicain qui venait de l'attaquer.

"Les républicains viendront ici pour (officiellement) nommer (candidat) John McCain, un homme qui a héroïquement servi son pays", a dit M. Obama.

"Je rends hommage à ces états de service, et je respecte ses nombreux succès, même s'il choisit de nier les miens", a glissé M. Obama, assurant que ses "différends avec lui ne sont pas personnels, ils portent sur la politique qu'il propose dans cette campagne".

Alors que M. McCain venait de l'accuser d'incarner le "mauvais changement" et le "recul", en se plaignant d'être associé à la présidence du très impopulaire président sortant, le sénateur de Chicago a relevé que "il ne s'agit pas de changement quand John McCain a décidé de prendre le parti de George W. Bush 95% du temps, comme l'an dernier au Sénat".

"Il y a beaucoup de mots pour décrire la tentative de John McCain de faire passer pour pluraliste et nouvelle son adhésion aux politiques de George W. Bush - mais le changement n'en fait pas partie", a-t-il dit.

M. Obama a également longuement rendu hommage à son adversaire Hillary Clinton, qui n'avait pas reconnu sa défaite mardi soir, et même à son mari, en soulignant que "la responsabilité budgétaire et la prospérité partagée peuvent aller de pair, comme c'était le cas quand Bill Clinton était président".

"Hillary Clinton a fait l'Histoire dans cette campagne, pas seulement parce qu'elle est une femme qui a accompli ce qu'aucune femme n'avait accompli avant, mais parce qu'elle est un leader qui inspire des millions d'Américains par sa force, son courage et son engagement envers les causes qui nous ont amenés ici", a lancé M. Obama, la créditant d'avance pour les grandes réformes qu'il promet de mettre en oeuvre, à commencer par celle du système de santé.

"Notre parti et notre pays sont meilleurs grâce à elle, et je suis un meilleur candidat pour avoir eu l'honneur de faire campagne contre Hillary Rodham Clinton", a encore dit M. Obama, affichant son optimisme sur la capacité du parti à se rassembler en dépit de l'acrimonie de la campagne.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine