CHILI - JUSTICE

L'assassinat d'un chanteur chilien culte réexaminé

Le dossier de l'assassinat du chanteur communiste Victor Jara pendant la dictature du général Pinochet a été rouvert par la justice chilienne. Victor Jara est considéré comme un héros par bon nombre de Chiliens.

Publicité

La justice chilienne a rouvert mardi le dossier de l'assassinat du chanteur communiste Victor Jara, qui fut torturé et tué au tout début de la dictature du général Pinochet.

Cette décision survient trois semaines seulement après que le juge Juan Eduardo Fuentes eut bouclé le dossier en déclarant que Jara avait été tué en 1973 par le colonel en retraite Mario Manriquez Bravo, officier qui avait la charge du stade où le chanteur et militant de gauche était détenu après le putsch.

De source proche de la justice, on déclare que le même magistrat a rouvert le dossier en appel après avoir reçu près de 40 documents présentés par la famille de Jara et des avocats. La famille affirme que l'armée couvre d'autres officiers responsables de la mort du chanteur.

Héros pour nombre de Chiliens, Victor Jara, célèbre pour des chansons comme "Te recuerdo, Amanda", fut l'un des milliers d'hommes et de femmes arrêtés et emprisonnés dans un stade de Santiago, après la prise du pouvoir par Pinochet le 11 septembre 1973.

Manriquez Bravo, chef de la sécurité au stade "Chili" durant le putsch, est en résidence surveillée et sera condamné à une date ultérieure.

Aujourd'hui, le stade où Jara a été assassiné par les militaires a été rebaptisé et porte son nom.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine