IRLANDE - EUROPE

Les paysans troquent leur oui contre un accord favorable avec l’OMC

Les principaux syndicats de fermiers en Irlande ont menacé de voter 'non' au Traité de Lisbonne jusqu'à ce qu'ils obtiennent l’assurance que les négociations de l'OMC n'iraient pas contre leurs intérêts.

Publicité

Découvrez les trois articles de FRANCE 24 sur le référendum en Irlande :
 

1. Le sort de l’UE est entre les mains des Irlandais
2. L'économie pèse lourdement sur le référendum irlandais
3. Les paysans troquent leur oui contre un accord favorable avec l’OMC (lire ci-dessous)


Les 85 000 agriculteurs irlandais risquent de jouer un rôle-clé lors du référendum sur le Traité de Lisbonne qui se tient le 12 juin. Bien que leur nombre décline progressivement, les agriculteurs irlandais sont parmi les électeurs les plus assidus du pays – et le gouvernement prend très au sérieux les menaces de voter pour le "non".

 

Bien que 40 % d'entre eux aient déclaré qu'ils voteraient "oui" dans un sondage publié par le Journal des Fermiers irlandais le 15 mai, 27 % d’entre eux ne s'étaient pas encore décidés.

 

Plus des trois quarts des personnes interrogées ont également précisé qu'elles prendraient conseil auprès de l'Association des Fermiers irlandais (IFA), le principal syndicat agricole du pays, avant de prendre leur décision finale.

 

À ce stade, l'IFA avait retiré son soutien en faveur du traité pour protester contre un accord de l’OMC proposée sur les marchandises agricoles.

 

Le 3 juin, l’IFA a finalement accepté de soutenir le traité après que leur président Pádraig Walshe a rencontré le Taoiseach (Premier ministre) Brian Cowen. Selon les médias irlandais, le gouvernement aurait accepté d’utiliser son veto contre n'importe quel accord défavorable de l’OMC.

 

“En janvier, on disait que les fermiers irlandais seraient mieux servi par un vote pour le oui”, a déclaré à FRANCE 24 le président l’IFA Pádraig Walshe. Mais depuis, le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, a fait des concessions sur les dossiers agricoles pour tenter de sauver le cycle de négociations de Doha.

 

Selon l’IFA, les coupes de 50 % à 73 % actuellement débattues à l’OMC auraient pour conséquence d’ouvrir les portes à un flot massif d’importations en provenance des pays en voie de développement, entraînant ainsi la perte de 50 000 emplois dans le secteur de l'"agribusiness" en Irlande.

 

Argumentant que “[le Traité de] Lisbonne peut être révisé, mais pas l’OMC”, l’IFA avaient retiré son soutien au vote en faveur du "oui". Quelque 10 000 agriculteurs ont manifesté à Dublin le 17 avril lors de la visite dans le pays du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

 

"Certes, l’Union européenne a profité aux agriculteurs par le passé, mais nous regardons au futur", explique Walshe. "Si le projet de l’OMC est approuvé, ça voudra dire que l’Europe a tourné le dos à l’agriculture."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine