CONCURRENCE - CHINE

BMW à l'assaut du low-cost chinois

Alors que les marques de voitures chinoises arrivent en Europe à des prix très agressifs, BMW intente un procès à l'une d'entre elles pour contrefaçon. Sous-entendu : la réussite chinoise se fait au détriment des autres pays.

Publicité

Les voitures chinoises débarquent en France. Au salon du cabriolet et du 4x4 à Paris, où nous nous sommes rendus, tous les yeux étaient braqués sur le CEO, le nouveau tout-terrain chinois de la marque Shuanghuan. Il a en effet obtenu le 14 février 2008 l’autorisation de commercialisation sur le territoire français et européen. C’est donc le premier véhicule chinois à être vendu en France. Le constructeur automobile chinois avait déjà fait couler beaucoup d’encre au salon de Francfort en 2007. BMW accuse le CEO d’être une pâle copie de son modèle X5.

 

Copie, plagiat…..On pointe ici du doigt les problématiques soulevées par l’importation en Europe de voitures made in China … BMW a d’ailleurs porté plainte pour faire interdire la vente du CEO en Allemagne, sur les terres mêmes du groupe. "Ce n’est pas parce qu’ils sont forts et gros qu’ils auront tous les droits. Ils devront respecter la loi et notamment dans les pays où ils ne sont pas chez eux", confie Nicolas Wertans, pdg de BMW France.

 

Shuanghuan est d’ailleurs abonné aux accusations de plagiats. Son 4x4 urbain l’UFO rappelle fortement le RAV 4 du japonais Toyota. Sa petite citadine la Noble ressemble à la Smart …et, là encore, Mercedes a déposé plainte. Mais pour le distributeur français, China Automobile, la polémique n’a pas lieu d’être.  "On est dans un salon automobile et , si on regarde autour de nous, on s’aperçoit  que beaucoup de véhicules sont des plagiats", nous explique benoitement Albert Abchee,  distributeur de Shuanghuan en France.

 

Jusqu'à présent, les voitures chinoises s’étaient tournées vers des pays comme la Russie, l’Algérie, l’Iran…. des Etats aux normes sécuritaires et environnementales moins exigeantes. Importé en Allemagne, en Italie et maintenant en France, l’empire du milieu s’attaque donc à l’Occident.

 

China Automobile se fixe un objectif de 3000 ventes de véhicules en année pleine sur le sol français. Dans l’immédiat, pas de quoi inquiéter BMW. Mais à long terme aucun constructeur, qu’il soit européen ou américain, ne sous-estime la concurrence chinoise.

 

Le point fort des Chinois: des prix imbattables ! Moins de 30 000 euros pour un 4/4 tout équipé….. C’est environ 25 à 30 % moins cher que la concurrence !


Mais il reste un challenge à relever : la sécurité. Car pour attirer les clients les prix compétitifs ne suffisent  pas. On se souvient du crash test réalisé sur la Brillance BS6. Une vraie catastrophe ! Un échec qui avait beaucoup desservi les constructeurs chinois… La BS6 n’avait récolté que 1.5 étoile sur 5 …Score médiocre comparé aux voitures européennes qui récoltent en moyenne entre 4 et 5 étoiles !!! La BS6 a du être retirée du marché belge ou elle était commercialisée. Ce n’est pas le cas du CEO, qui a fait l’objet de 120 modifications par rapport au modèle initial.

 

Shuanghuan, Hanghuan, Brilliance, Chery, Jonway... ils sont beaucoup de constructeurs chinois à vouloir se lancer à l’assaut de l’Europe et des Etats-Unis… Tous souhaitent réitérer le succès des voitures japonaises dans les années 60 et des sud-coréennes dans les années 80 …

 

Vêtements, jeux, médicaments et maintenant voitures…. l’industrie chinoise semble être fondée sur la copie. La copie est-elle devenue le premier moteur industriel de la croissance chinoise ? Pour Jacques Gravereau, président de l’Institut HEC Eurasia, invité sur notre plateau, "la copie a toujours existé en Chine et ailleurs !". Reste à savoir si la prochaine étape permettra aux Chinois de fabriquer ses propres modèles. Cette concurrence deviendrait alors un vrai problème pour l’industrie occidentale.



Cliquez ici pour regarder les éditions précédentes d'"Intelligence économique"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine