ARGENTINE - AGRICULTURE

Les céréaliers argentins cessent leur grève

Les syndicats agricoles argentins protestaient contre une taxe sur les exportations de céréales indexée sur les cours mondiaux des matières premières agricoles, imposée en mars par la présidente Cristina Kirchner.

Publicité

BUENOS AIRES - Les syndicats agricoles argentins ont annoncé vendredi qu'ils mettraient un terme lundi à leur mouvement de protestation contre les taxes à l'exportation.Les céréaliers ont annoncé la cessation du mouvement alors que celui-ci s'était entendu jeudi aux transporteurs, victimes de cette grève, qui ont bloqué des autoroutes pour presser les deux parties à trouver une solution à la crise.

 

 

"Il s'agit d'une contribution des agriculteurs à la recherche de solutions et à la paix sociale", ont expliqué quatre principaux syndicats de céréaliers dans leur communiqué commun.Les céréaliers argentins ont lancé leur troisième grève en trois mois le 28 mai. Ils ont suspendu les livraisons pour protester contre la taxe indexée sur les cours mondiaux des matières premières agricoles imposée en mars par le gouvernement.

 

 

Jeudi, la présidente Cristina Fernandez de Kirchner avait sévèrement critiqué les syndicats agricoles, estimant que seuls les producteurs les plus riches pouvaient se permettre de cesser le travail pendant 90 jours. Les plus hauts représentants de l'Eglise catholique ont demandé pour leur part au gouvernement d'établir un dialogue "transparent et constructif" et aux céréaliers de changer de méthodes.

 

 

Le mouvement des transporteurs a engendré jeudi des pertes importantes de produits laitiers n'ayant pu être livrés, et les dirigeants de l'industrie agro-alimentaire ont mis en garde contre des pénuries sévères de boeuf et de produits périssables.L'Argentine est l'un des premiers exportateurs mondiaux de blé, maïs, soja et boeuf.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine