RUSSIE - ETATS-UNIS

Medvedev impute la crise financière aux Etats-Unis

Dans son discours d'ouverture du Forum économique de Saint-Pétersbourg, le président russe a accusé les Etats-Unis d'être à l'origine de la crise mondiale actuelle et préconisé de réformer les institutions financières internationales.

Publicité

Le président russe Dmitri Medvedev a accusé samedi les Etats-Unis d'être à l'origine de la crise financière mondiale, dans son discours d'ouverture au 12e Forum économique de Saint-Pétersbourg.

"C'est précisément le fait que le rôle des Etats-Unis dans le système économique mondial ne correspond pas à ses capacités réelles qui a été une des principales raisons de la crise actuelle", a déclaré M. Medvedev devant des milliers d'hommes d'affaires russes et étrangers réunis pour ce Forum, prévu samedi et dimanche.

"Cela montre la nécessité de réforme" des institutions financières internationales, a-t-il ajouté, proposant d'organiser dès cette année en Russie une conférence internationale consacrée aux questions financières, qui pourrait ensuite devenir un rendez-vous régulier.

"La Russie est un acteur mondial qui est conscient de sa responsabilité pour le sort du monde. Nous voulons participer à la formation des règles du jeu, pas en raison d'ambitions impériales, mais parce que nous sommes conscient de notre responsabilité et que nous possédons des ressources", a-t-il souligné.

Poursuivant sa critique de l'hégémonie américaine, il a critiqué "l'illusion qu'un pays, même le plus puissant au monde, puisse jouer le rôle de gouvernement global".

Il a aussi suggéré que soit reconnu le rôle grandissant dans l'économie mondiale de la Russie, devenue "un joueur financier important, pas en raison de ses ambitions impérialistes, mais parce qu'elle possède des ressources".

Il a par ailleurs dénoncé les tentations de céder à "l'égoïsme économique" et au "nationalisme économique" face aux retombées de cette crise.

"Je ne pense pas que dans la période de crise actuelle, ce soit le meilleur choix", a-t-il ajouté, assurant que la Russie ne choisirait pas cette voie.

Il a aussi évoqué la crise alimentaire mondiale. "Nous sommes prêts à une coopération constructive pour surmonter la crise alimentaire", a-t-il dit.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine