PAKISTAN

Musharraf dément les rumeurs de démission

Dans un entretien télévisé, le président pakistanais a démenti les rumeurs de démission et d'exil qui circulent à son sujet. Il a également nié toute idée de "conspiration" contre le gouvernement issu de l'opposition. (Récit : H. Drouet)

Publicité

Le président pakistanais Pervez Musharraf a rejeté samedi toute éventualité d'une démission et nié toute idée de "conspiration" contre le nouveau gouvernement, issu de l'opposition, dans un entretien télévisé.

"Je ne vais pas démissionner. Je vivrai et je mourrai ici, il n'y a pas d'autre possibilité. Je ne possède pas de résidence en dehors du Pakistan", a affirmé le président pakistanais sur plusieurs chaînes de télévision locales.

Depuis les élections législatives du 18 février et la victoire écrasante des partis de l'opposition, le Parti du peuple pakistanais (PPP) d'Asif Ali Zardari, veuf de l'ex-Premier ministre assassinée Benazir Bhutto, et la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N), de Nawaz Sharif, M. Musharraf est contraint à une cohabitation conflictuelle.

Mais la coalition est elle-même soumises à de fortes tensions en raison d'anciennes rivalités entre les deux partis et de leurs divergences sur le sort à réserver à M. Musharraf, dont Nawaz Sharif a fait de l'éviction son cheval de bataille.

M. Musharraf a également nié toute idée de "conspiration" contre le nouveau gouvernement, une accusation lancée par des responsables du PML-N.

"J'accomplis mes fonctions dans le respect de la Constitution. Il n'y a eu aucune interférence de ma part. Il n'y a aucune conspiration. J'apporte toujours mon soutien au Premier ministre. Puisse-t-il réussir à sortir le pays de la crise qu'il traverse actuellement", a-t-il poursuivi.

Ces rumeurs nuisent à l'économie pakistanaise et aux investissements étrangers dans le pays, a-t-il souligné.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine