TENNIS - ROLAND-GARROS

Nadal en quête d'une quatrième couronne

L'Espagnol Nadal, numéro 2 mondial, dispute sa quatrième finale consécutive à Roland-Garros. S'il l'emportait contre son rival Federer, il rejoindrait le suédois Bjorn Borg dans l'histoire du tennis avec quatre victoires d'affilée.

Publicité

Rafael Nadal paraît plus inaccessible que jamais au moment de disputer dimanche sa quatrième finale d'affilée à Roland-Garros, la troisième consécutive contre son grand rival Roger Federer.

L'Espagnol, qui rejoindrait Bjorn Borg dans l'histoire du tennis en réussissant les quatre à la suite, a survolé le tournoi de la même façon que le Suédois à ses plus belles années (1978-1981).

Comme en 2007, Nadal n'a pas perdu le moindre set pour atteindre la finale, mais il a été encore plus expéditif cette année en ne cédant que 37 jeux en six matches, soit à peine plus de deux par manche en moyenne. Et dire qu'on lui prédisait un parcours compliqué après un tirage au sort qui semblait très défavorable !

Certes, quelques uns de ses adversaires potentiellement les plus dangereux ont disparu avant de croiser sa route (Nalbandian, Youzhny). Il n'empêche. Ses victoires écrasantes contre Nicolas Almagro (6-1, 6-1, 6-1) dans le quart de finale le plus unilatéral de l'histoire et surtout contre Novak Djokovic dans une demi-finale choc rapidement amortie (6-4, 6-2, 7-6) ont fortement marqué les esprits.


Nadal 8 - Federer 1

Si l'on ajoute que Nadal mène huit à un dans ses confrontations sur terre battue avec Federer, qu'il l'a encore battu deux fois cette année à Monte Carlo et à Hambourg, qu'il a remporté 114 de ses 116 derniers matches sur terre battue et qu'il n'a jamais perdu une rencontre au meilleur des cinq sets sur cette surface, il ne semble pas y avoir beaucoup de place pour le suspense.

Alors à quoi Federer peut-il s'accrocher pour continuer à avoir la foi, lui qui se retrouve pour la troisième année d'affilée avec "l'histoire en face de lui", comme il l'a souligné à la veille du match ?

S'il l'emportait, le Suisse serait le sixième joueur à inscrire à son palmarès les quatre tournois majeurs (le seconde de l'ère Open avec Andre Agassi) et se rapprocherait à un titre du record de Pete Sampras (14). La combinaison des deux en ferait le plus grand joueur de tous les temps de façon presque incontestable.

Le N.1 mondial s'appuie sur un argumentaire simple, à la limite de l'autopersuasion au vu de son lourd passif contre le meilleur joueur de la planète sur terre battue: je l'ai déjà battu (à Hambourg en 2007), je suis passé près à plusieurs reprises (deux balles de match à Rome en 2006) et le vent finira bien par tourner. "J'ai la tactique, j'ai le jeu et j'ai la condition physique", a-t-il répété.


Borg croit en Federer

Il y en a au moins un autre qui croit dans les chances du Suisse: Bjorn Borg lui-même. Le Suédois, qui assistera à la finale et pourrait bien remettre la Coupe des Mousquetaires au vainqueur, a vu depuis le début de la quinzaine "le meilleur Roger sur terre battue de ces dernières années".

"Il a fait quelques changements cette saison. Il est un peu plus patient qu'avant. Il est aussi plus agressif et utilise son coup droit différemment. Il est plus à l'aise et plus confiant sur terre battue", a dit le sextuple champion de Roland-Garros, qui prévoit "une finale longue et serrée".

Faut-il y voir la patte de José Higueras, l'ancien crocodile appelé au chevet du jeu de terre battue de Federer depuis la mi-avril ?

Peut-être, mais cela n'inquiète pas Nadal. A la veille du tournoi, l'Espagnol avait dit qu'il ne pensait pas qu'on puisse changer son jeu en si peu de temps. Pour lui, peu féru de tactique, "le tennis est un sport simple" où l'on ne gagne que lorsqu'on est fort dans son style de jeu.

Le Majorquin n'a pas changé le sien d'un iota: pilonnage intensif avec d'énormes coups droits liftés et débauche d'énergie incomparable en défense. En 27 matches disputés à Roland-Garros, personne n'y a résisté.
   

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine