Accéder au contenu principal
FOOTBALL - EURO 2008

Podolski offre la victoire à l'Allemagne face à la Pologne

3 min

Favoris du groupe B, les Allemands se sont emparés de la première place dès le premier match, avec une victoire 2 à 0 face à la Pologne. L'attaquant d'origine polonaise Lukas Podolski a inscrit les deux buts de la Mannschaft.

Publicité

KLAGENFURT, Autriche - L'Allemagne a justifié dimanche les attentes placées en elle en s'imposant 2-0 face à la Pologne pour prendre la tête du groupe B de l'Euro devant la Croatie, victorieuse de l'Autriche sur la plus petite des marques (1-0).



La première journée du groupe B aura donc été une copie conforme de celle du groupe A.



En fin d'après-midi, l'un des pays hôtes, l'Autriche, a été battue par l'outsider croate comme l'avait été la Suisse la veille par la République tchèque, sur le même score de 1-0.



Dans la soirée, l'un des favoris, l'Allemagne, l'a emporté sans trembler 2 à 0 comme avait su le faire le Portugal, samedi, contre la Turquie.



Mais l'Allemagne, enthousiasmante et offensive, s'est certainement montrée encore plus impressionnante encore que les Portugais.



Grâce à un doublé de son attaquant d'origine polonaise Lukas Podolski, qui a inscrit un but par mi-temps, les hommes du sélectionneur Joachim Löw ont battu leurs redoutables voisins polonais.



Ces derniers, au vu des situations dangereuses qu'ils ont su se procurer, devraient avoir leur mot à dire pour la qualification pour les quarts de finale dans le groupe B.



Car la Croatie, certes victorieuse de l'Autriche, ne s'est pas montrée sous son meilleur jour face à l'équipe réputée la plus faible de la compétition.



Les joueurs de Slaven Bilic se sont imposés grâce à un penalty marqué très tôt dans la rencontre par le jeune meneur de jeu Luka Modric mais ils ont ensuite souffert mille maux pour conserver ce résultat et ont déjà paru très émoussés physiquement.



Comme la Suisse samedi, les Autrichiens, portés par leur public de Vienne, ont poussé en seconde période et se sont créés plusieurs occasions franches sans parvenir à égaliser.



LA FRANCE ENTRE EN LICE AVEC MÉFIANCE


Sur le plan de la sécurité, la journée de dimanche a été marquée par l'arrestation à Klagenfurt de 140 supporters, en majorité allemands, en marge du match Allemagne-Pologne.



L'agence APA rapporte que deux groupes distincts de supporters allemands ont déambulé pendant le match dans les rues du centre-ville de Klagenfurt en scandant des chants anti-polonais avant d'être interpellés pour trouble à l'ordre public.



La journée de lundi verra l'entrée en lice de l'équipe de France qui s'attaque à l'adversaire présenté comme le plus faible du "groupe de la mort", la Roumanie (coup d'envoi à 16h00 GMT à Zurich).



Mais les Bleus abordent cette rencontre avec une méfiance non feinte alimentée par les nombreuses incertitudes sur l'état de forme de leurs troupes.



Raymond Domenech a reporté à lundi la décision quant à la participation à l'Euro de Patrick Vieira, forfait pour ce premier match et remplacé par Lilian Thuram dans les fonctions de capitaine.


"Comme toutes les équipes qui attendent ce début du championnat d'Europe et qui voient les autres jouer, on n'a qu'une envie, c'est que ça commence. On est dans l'impatience", a déclaré Domenech dimanche.



"Comme à la veille de chaque grande compétition, tout ce qu'on a préparé et mis en place peut être balayé. On attend avec cette angoisse: est-ce qu'on a fait tout ce qu'il fallait?", a-t-il ajouté.



De son côté, le sélectionneur roumain, Victor Piturca, a prévenu qu'une victoire de la Roumanie sur la France était "vraisemblable" et qu'elle ne constituerait "pas une surprise".



Le deuxième match du groupe C opposera dans la soirée deux autres gros calibres de la compétition, l'Italie et les Pays-Bas, à Berne (coup d'envoi à 18h45 GMT).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.