BASKETBALL - NBA

Les Celtics remplissent leur contrat à domicile

Avec 20 points de Paul Pierce, les Boston Celtics ont remporté leur deuxième match (108-102) de la finale NBA face aux Lakers de Los Angeles. Les Celtics partent jouer les troisième et quatrième matchs en Californie en menant la série 2-0.

Publicité

Avant de partir disputer la suite de la finale NBA en Californie, Boston s'est assuré non sans frayeur une avance de 2 victoires à 0 en dominant les Lakers 108 à 102 dimanche lors de leur deuxième match à domicile.

Contrat rempli pour les Celtics ! Mais les Lakers ne sont pas passés loin d'un exploit.

Menant de 21 points à 6 minutes 30 de la fin, les Celtics se sont fait remonter sans que personne, public ou joueurs de Boston, ne semble réaliser.

A 38 secondes de la fin, deux lancers-francs de Kobe Bryant, le MVP de la saison auteur de 30 points et 8 passes, ont même ramené les Lakers à deux longueurs (104-102), après un festival de tirs à 3 points de gâchettes californiennes (10 sur 21 tentés) dans les dernières minutes.

"A un moment, mes joueurs se sont vus trop beaux. Nous devons jouer 48 minutes et ce soir nous ne l'avons pas fait. Quand nous menions, nous tentions de belles actions au lieu de jouer simple", a regretté l'entraîneur de Boston Doc Rivers.

Et pourtant la soirée avait vite tourné à l'avantage des champions de la conférence Est.

Dominés physiquement et aux rebonds lors du match N.1, trois jours plus tôt, les Lakers avaient promis de répondre dans ces deux domaines.

L'entame du match des Lakers a effectivement montré un net regain d'énergie de leur part, tandis que Doc Rivers avait choisi d'aligner ses deux "éclopés" du match de jeudi, Paul Pierce, auteur de 28 pts, et Kendrick Perkins.

Mais les bonnes intentions californiennes se sont toutefois vite heurtées à la réalité imposée par Boston. Souvent en retard face à des Celtics provocateurs à souhait, les Californiens, en tête à l'issue du 1er quart-temps (22-20), étaient souvent sanctionnés, offrant nombre de lancers-francs aux locaux (19 contre 2 à la pause !).

Et comme le banc des Boston avait pris le dessus sur son vis-à-vis, l'écart a atteint 12 points en faveur de Boston à la pause (54-42). Au retour des vestiaires, la partie a même tourné à la démonstration.

L'avance n'a fait que croître culminant à 22 points à l'attaque du dernier quart-temps (83-61) et encore à 21 points à 6 min 30 de la fin (96-75). Et au moment où l'adresse, le moral et l'organisation des Lakers étaient en lambeaux, à l'image de cette action de Leon Powe, parti depuis son camp vers un dunk solitaire sans aucune opposition, le match a failli tourner, avec 41 points des Lakers dans le dernier quart-temps.

L'entraîneur des vaincus Phil Jackson avait cependant un regret légitime après ce revers.

"Il y a eu des fautes non sanctionnées sur mes joueurs. Je pourrais même en énumérer. Je n'en reviens pas de voir Powe (des Celtics) qui a obtenu 3 lancers-francs de plus à lui tout seul (13) que l'ensemble de mon équipe (10) alors qu'il a joué 14 minutes. C'est ridicule !", a commenté le "maître-zen".

Autre fait inquiétant pour les champions de l'Ouest, seules trois équipes dans l'histoire des 61 finales NBA précédentes ont réussi à remonter un déficit de 2-0 pour gagner le titre.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine