IRAN - NUCLEAIRE

L'UE et les Etats-Unis menacent l'Iran de sanctions

Les Etats-Unis et l'UE s'apprêtent à étudier des sanctions, distinctes de celles de l'ONU, contre l'Iran si le pays poursuit l'enrichissement d'uranium. La question devrait être débattue lors du sommet américano-européen.

Publicité

BRUXELLES - L'Union européenne et les Etats-Unis feront savoir mardi qu'ils sont prêts à imposer à l'Iran de nouvelles sanctions, distinctes de celles des Nations unies, s'il poursuit son programme d'enrichissement d'uranium, lit-on dans un projet de communiqué commun.

"Nous sommes prêts à compléter ces sanctions (du Conseil de sécurité) par des mesures supplémentaires", dit le projet final, dont Reuters a pris connaissance lundi, à la veille de sa diffusion lors du sommet américano-européen de mardi en Slovénie.

"Nous allons continuer à coopérer (...) pour veiller à ce que les banques iraniennes ne puissent pas tromper le système bancaire international pour promouvoir la prolifération et le terrorisme", ajoutent-ils.

La République islamique affirme que son programme d'enrichissement d'uranium est de nature exclusivement civile, mais sans dissiper les soupçons occidentaux.

Le Conseil de sécurité a adopté en avril un troisième train de sanctions pour condamner la poursuite de ce programme et Washington s'efforçait de rallier Bruxelles à l'idée d'interdire à certaines banques iraniennes l'accès au système financier international.

L'Union, déclarait-on le mois dernier dans les milieux diplomatiques, s'apprête à prendre de telles mesures à l'encontre du plus important établissement iranien mais souhaite d'abord voir comment les autorités accueilleront la nouvelle mouture des mesures incitatives avancées en 2006 pour les amener à renoncer à l'enrichissement d'uranium.

Solana, porte-parole de la diplomatie européenne, ira présenter cette nouvelle offre fin juin à Téhéran.

Boyden Gray, ambassadeur des Etats-Unis à Bruxelles, a estimé lundi que les résolutions du Conseil de sécurité autorisaient un durcissement des mesures prises à l'encontre des banques iraniennes.

"Nous voulons nous assurer que nous allons aussi vite que possible", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse organisée en Slovénie, à la veille de l'arrivée de George Bush.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine