FOOTBALL - EURO 2008

Les Pays-Bas assomment l'Italie

Avec trois buts signés van Nistelrooy (27e), Sneijder (32e) et van Bronckhorst (79e), les Pays-Bas ont corrigé les champions du monde italiens 3-0 et prennent la tête du "groupe de la mort" devant la France et la Roumanie.

Publicité

Pour voir tous les résultats de l'euro 2008 et les commentaires de nos Observateurs, cliquez ici.

 

BERNE - Les Pays-Bas ont humilié lundi l'Italie 3 à 0 pour leur entrée dans l'Euro au terme d'un match qu'ils ont largement dominé mais qui fut aussi émaillé d'une grossière erreur d'arbitrage sur le premier but néerlandais.

 

Grâce à cette victoire, la première des Pays-Bas sur l'Italie depuis la Coupe du monde 1978, les hommes du sélectionneur Marco van Basten prennent la tête du groupe C devant la France et la Roumanie, qui n'avaient pu se départager en fin d'après-midi (0-0).

 

Contrairement à ce premier match soporifique du groupe C entre Roumains et Français, les Pays-Bas et l'Italie étaient animés des meilleures intentions offensives.

Dès le début de la rencontre le ballon voyageait rapidement d'une surface à l'autre.

 

A un tir cadré de Rafael Van der Vaart, qui sollicitait Gianluigi Buffon (12e), répondait instantanément une tête de Luca Toni à côté des buts.

 

Mais, globalement, l'entame de match était à l'avantage des Néerlandais, dominateurs au milieu de terrain et auteurs d'un pressing très haut.

 

En cinq minutes, ils allaient mettre les Italiens K.-O..

 

Sur un ballon mal dégagé par la défense italienne, Wesley Sneijder adressait une frappe violente du gauche que Van Nistelrooy, en position de hors-jeu, déviait dans le but (26e).

 

Les Italiens criaient au scandale, aidés en cela par les ralentis de l'action diffusés sur les écrans géants du stade, mais l'arbitre suédois de la rencontre, M. Fröjdfeldt, accordait le but.

 

Cinq minutes plus tard, les Transalpins étaient à deux doigts d'égaliser sur un corner d'Andrea Pirlo mais Giovanni van Bronckhorst repoussait le ballon sur sa ligne et lançait un contre fulgurant.

 

En trois passes, dont une transversale splendide du même Van Bronckhorst, les Néerlandais se retrouvaient dans la surface adverse. Sneijder, servi par une remise de la tête de Kuyt, inscrivait le deuxième but des "Oranje" à bout portant (31e).

 

Un Van Der Sar immense

 

Peu avant la mi-temps, Van Nistelrooy se présentait en duel face à Buffon, sur une passe en profondeur de Van der Vaart, mais le gardien italien sauvait les siens du ridicule.

 

S'ils pourront blâmer l'arbitrage, les Italiens, qui affichent l'ambition de réaliser le doublé Coupe du monde-Euro, devront aussi faire leur autocritique. Leur défense, à l'image de Marco Materazzi, a été ridiculisée et leur milieu de terrain a été dépassée dans les dimensions physique et technique.

 

A l'heure de jeu, Roberto Donadoni faisait appel à Alessandro Del Piero pour redonner un peu de tranchant à son équipe. Le vétéran de la Juventus (33 ans) s'illustrait sur une frappe lointaine bien captée par Van der Sar (66e).

 

Quatre minutes plus tard, il tentait une nouvelle sa chance, au-dessus du but cette fois.

 

Les champions du monde multipliaient les actions dangereuses sur le but adverse. Luca Toni se présentait seul face à Van der Sar mais son petit lob passait au-dessus.

 

Puis Fabio Grosso tergiversait face au gardien néerlandais qui arrêtait sa frappe du pied gauche trop molle (78e). Un coup franc superbement tiré par Pirlo était boxé dans la foulée par Van der Sar, décidément dans un grand soir.

 

Et alors que le 2-1 semblait tout proche, un nouveau contre assassin des Néerlandais conclu par Van Bronckhorst portait le score à 3-0 à dix minutes du terme.

 

L'immense foule Oranje massée dans le stade de Suisse de Berne pouvait chanter et danser pour saluer la victoire très convaincante des siens. Il faudra compter avec les Pays-Bas.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine