GREVE - FONCTION PUBLIQUE

Cheminots et fonctionnaires en grève

L'appel à la grève des syndicats de la SNCF a pris effet lundi soir, perturbant principalement les lignes Corail, Transilien et TER. Raison de la colère : la réforme du fret. Les principaux syndicats de la fonction publique suivent le mouvement.

Publicité

Les 5,2 millions de fonctionnaires sont appelés à manifester et à cesser le travail mardi pour protester contre les suppressions de poste et la réforme de l'Etat, le jour où les cheminots entament une grève reconductible contre la réorganisation du fret à la SNCF.

Ces deux mouvements s'inscrivent dans un contexte social plombé par les actions des pêcheurs et des agriculteurs contre la hausse des carburants alors que se profile la mobilisation du 17 juin pour les retraites et le temps de travail à l'appel de la CGT et la CFDT.

Des perturbations affecteront le trafic ferroviaire ce mardi avec un train Corail sur deux, un Transilien sur deux, et selon les régions entre 50 et 85% des TER. La SNCF prévoit en outre d'assurer trois TGV Atlantique et Sud-Est sur quatre, et un TGV province-province sur deux, les autres lignes étant normales.

Trois syndicats (CGT, Sud-Rail et FO), représentant 62% du personnel SNCF, ont déposé des préavis de grève reconductibles contre "la réorganisation industrielle du fret et ses conséquences sociales", selon la CGT-Cheminots.

Didier Le Reste, son secrétaire général, a demandé lundi que la direction "se remette autour de la table" des négociations, tandis que le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a encore martelé: "comme la SNCF n'a pas pu faire les réformes nécessaires, elle perd des parts de marché" au profit du privé.

Dans la Fonction publique, trois organisations syndicales sur huit (FSU, CGT et Solidaires) représentant un peu plus de 40% des agents, appellent à faire grève et à manifester contre les réductions d'effectifs et le projet de loi visant à encourager la mobilité des fonctionnaires.

Si l'ensemble des syndicats ont dit leur opposition à ce projet, ils n'ont toutefois pas réussi à élaborer une riposte commune et l'unité syndicale affichée lors des précédents journées d'action est désormais réduite.

La mobilisation devrait d'ailleurs être plus limitée: Gérard Aschieri (FSU) ne s'attend pas à une "grande journée": "c'est surtout une journée qui va permettre de prendre date pour la suite", a-t-il indiqué.

Plusieurs manifestations sont prévues comme à Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Nantes.

Dans l'Education, des préavis de grève ont été déposés dans le primaire, les collèges, lycées ainsi que les IUFM (formation des enseignants). Des perturbations sont possibles dans les aéroports, les Douanes ou les Finances.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine