GREVE - GAZOLE

La grève des routiers fait ses premières victimes

A Grenade, un chauffeur routier espagnol est mort en marge des grèves contre les prix élevés du gazole. Il a été renversé par un véhicule. La veille, un routier portugais était mort dans des circonstances encore confuses. (Récit : C. Massé)

Publicité

Un chauffeur routier espagnol en grève a été tué mardi à l'entrée du marché de gros de Grenade (sud), où il participait à un piquet de grève, après avoir été renversé par une fourgonnette, a-t-on appris auprès de la garde civile de Grenade.

"Une personne est morte renversée par un véhicule à un piquet de grève au marché de Grenade", a annoncé à l'AFP un représentant de la garde civile sans être en mesure de donner plus de précision sur les circonstances.

L'accident s'est produit peu après 17H00 (15H00 GMT) quand le gréviste se serait approché de la camionnette qui l'a renversé pour expliquer à son chauffeur les motifs de la grève des routiers espagnols contre le gazole cher, a précisé la radio privée Cadena Ser.

Le décès de ce routier vient s'ajouter à celui d'un collègue portugais qui a été tué mardi dans des circonstances encore confuses alors qu'il tentait d'arrêter un poids lourd à un barrage filtrant près d'Alcanena (environ 100 km au nord de Lisbonne), mis en place par les routiers en grève.

La grogne des routiers contre le gazole cher s'est poursuivie mardi dans plusieurs pays européens, notamment au Portugal et en Espagne où le mouvement commençait à poser de multiples problèmes d'approvisionnement et menaçait de paralysie l'industrie automobile.

En Espagne, la "grève illimitée" engagée par la deuxième organisation des patrons routiers, Fenadismer, a provoqué mardi des dizaines de kilomètres d'embouteillages pour le deuxième jour consécutif, en particulier autour de Madrid, de Barcelone (nord-est) et de Séville (sud) en raison d'opérations escargot.

Des barrages filtrants de routiers français et espagnols empêchaient toujours la circulation des poids lourds aux deux principaux points de passage avec la France, en Catalogne au col du Perthus, et au Pays Basque à Biriatou.

Ce mouvement a fait sentir ses premiers effets avec des problèmes d'approvisionnement dans les stations-service, sur les marchés de gros et dans certaines usines automobiles espagnoles.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine