UPM - LIBYE

Kadhafi rejette l'Union pour la Méditerranée

Alors que Tripoli accueille les dirigeants des pays du Maghreb et la Syrie pour discuter du projet d'Union pour la Méditerranée, le président libyen s'y oppose : "cela porterait atteinte à l'unité arabe et africaine". (Récit : P.L. Viollat)

Publicité

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a exprimé son refus du projet d'Union pour la Méditerranée (UPM), avertissant que celui-ci porterait atteinte à l'unité arabe et africaine, à l'ouverture d'un mini-sommet arabe, mardi à Tripoli.

"Nous sommes des pays membres de la Ligue arabe et aussi de l'Union africaine et nous ne prendrons en aucun cas le risque de déchirer l'unité arabe ou africaine. Il faut que nos partenaires (européens) comprennent bien cela", a-t-il dit.

"Si l'Europe veut coopérer avec nous, qu'elle le fasse avec la Ligue arabe ou l'Union africaine (...). Nous n'acceptons pas que l'Europe traite avec une seul groupe" de pays, a-t-il déclaré.

M. Kadhafi était le seul à parler à l'ouverture de ce mini-sommet auquel participent également les présidents syrien Bachar al-Assad, mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahrnow, tunisien Zine El abidine Ben Ali, algérien Abdelaziz Bouteflika, ainsi que le Premier ministre marocain Abbas El Fassi.

Cette rencontre, à l'initiative de la Libye, doit examiner l'adhésion des pays arabes au projet d'UPM lancé par le président français Nicolas Sarkozy et dont la proclamation est prévue le 13 juillet à Paris.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine