Accéder au contenu principal
ISRAEL - TERRITOIRES PALESTINIENS

Olmert réfléchit à une offensive contre le Hamas

3 min

Ehud Olmert envisage une opération contre le Hamas dans la bande de Gaza. Dans le cadre de consultations, il s'est entretenu avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Ehud Barak et Tzipi Livni. (Récit : P. Paccard)

Publicité

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a entamé mardi deux jours de consultations sur une éventuelle opération d'envergure anti-Hamas dans la bande de Gaza en riposte aux tirs de roquettes de ce territoire palestinien.

Trois membres de la branche armée du Hamas ont été tués mardi par un tir israélien dans la ville de Gaza, alors que quatre roquettes et une vingtaine d'obus de mortiers s'abattaient sur le sud d'Israël sans faire ni victimes ni dégâts, selon des sources militaires et médicales palestiniennes.

L'armée israélienne a visé un groupe appartenant aux Brigades Ezzedine al-Qassam, tuant trois combattants, selon le Dr Wissam Awad du service des urgences de l'hôpital Chifa. Cinq autres personnes ont été blessées, dont une grièvement, a-t-il ajouté.

La branche armée du Hamas a confirmé que trois de ses hommes avaient été tués dans le raid. La semaine dernière, un Israélien avait été tué par un tir de mortier.

"La situation actuelle ne peut plus durer, le Premier ministre va discuter des différentes options dont celle du recours à la force", a affirmé à l'AFP Mark Regev, porte-parole de M. Olmert.

Des ministres ont évoqué ce dossier lors du conseil des ministres hebdomadaire. Le ministre de la sécurité intérieure Avi Dichter a critiqué l'idée d'une trêve estimant que "l'objectif stratégique d'Israël devait être la destruction de la capacité du Hamas de mener une guerre d'usure contre le sud d'Israël", apprend-on auprès de la présidence du Conseil.

Le Premier ministre Ehud Olmert a eu ensuite des consultations avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Ehud Barak et Tzipi Livni, avant une réunion du cabinet de sécurité prévue mercredi.

"Il se peut qu'une décision soit prise à l'issue de cette réunion du cabinet de sécurité", a ajouté le porte-parole.

Ces discussions ont lieu au lendemain de l'annonce qu'une lettre du soldat israélien Gilad Shalit, enlevé en juin 2006 et détenu dans la bande de Gaza, avait été transmise par les islamistes du Hamas à sa famille par le biais du  Centre Carter, du nom de l'ancien président des Etats-Unis.

Dans la mettre, le soldat se plaint de son état de santé.

Les dirigeants israéliens ont exigé d'obtenir des informations sur le sort du soldat comme condition à toute trêve des violences dans la bande de Gaza avec le Hamas négociée par l'intermédiaire de l'Egypte.

Un haut responsable du ministère de la Défense, Amos Gilad, a affirmé à la radio militaire "qu'il n'y avait aucun lien entre cette lettre et une éventuelle opération militaire".

Il a toutefois souligné que l'essentiel pour le Hamas était "d'éviter une grande opérations militaire israélienne qui remettrait en cause le contrôle qu'il exerce dans la bande de Gaza" depuis juin 2007, a ajouté Amos Gilad.

Ce général de réserve a rappelé qu'Israël ne négociait pas avec le Hamas, mais entretenait "des contacts avec l'Egypte avec laquelle nous examinons toute sorte de propositions et d'engagements".

Il faisait allusion aux demandes répétées d'Israël pour que l'Egypte agisse avec plus d'efficacité pour empêcher la contrebande d'armes du Sinaï égyptien vers la bande de Gaza. Le Caire rétorque oeuvrer sans relâche à cette fin.

Pour sa part, le Hamas veut obtenir la levée du blocus de la bande de Gaza en échange d'un arrêt des tirs de roquettes.

Le mouvement islamiste réclame aussi la libération de centaines de prisonniers palestiniens détenus par Israël en échange de celle de Shalit. Il avait fait parvenir en avril à Israël, par l'intermédiaire de l'Egypte, une liste de 450 prisonniers.

L'armée israélienne mène des attaques ponctuelles quasi-quotidiennes dans la bande de Gaza et impose un blocus à ce territoire en représailles aux tirs de roquettes.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.