FOOTBALL - EURO 2008

Les tenants du titre grecs battus par la Suède

La Suède a remporté 2 buts à 0 son match contre la Grèce, championne d'Europe en titre, grâce à des buts de Zlatan Ibrahimovic et Petter Hansson dans cette rencontre du groupe D de l'Euro 2008.

Publicité

Pour voir tous les résultats de l'euro 2008 et les commentaires de nos Observateurs, cliquez ici.

 

La Grèce tenante du titre a chuté d'entrée mardi à l'Euro 2008 de football, battue 2-0 par la Suède pour le compte du groupe D.

Tenus en échec pendant plus d'une heure par la Grèce malgré leur domination territoriale, les hommes de Lars Lagerbäck se sont imposés grâce à deux buts de l'attaquant Zlatan Ibrahimovic et du défenseur de Rennes Petter Hansson. Ils rejoignent en tête du groupe D l'Espagne, victorieuse plus tôt de la Russie 4-1.

"C'était un match difficile", a déclaré Ibrahimovic, qui n'avait plus marqué en sélection depuis octobre 2005. "Je suis heureux, ça ne pouvait pas mieux commencer. Ce n'était pas un match facile pour les attaquants."

Les Grecs, qui affichent l'ambition de réaliser un doublé inédit, devront effacer cette défaite initiale dès le prochain match face à la Russie, samedi, pour croire à un nouvel exploit. "Nous devrons montrer quelque chose de différent, il le faut", a prévenu le sélectionneur allemand de la Grèce, Otto Rehhagel.

Fidèles à la tactique qui leur avait permis de s'imposer il y a quatre ans au Portugal, les joueurs de Rehhagel acceptaient de subir dès l'entame du match et procédaient par contre.

C'est d'ailleurs le héros de 2004, Angelos Charisteas, qui s'illustrait le premier en slalomant dans la défense suédoise avant de décocher une frappe écrasée facilement arrêtée par Andreas Isaksson (7e).

Les Scandinaves ripostaient par Anders Svensson, dont la reprise de volée à l'entrée de la surface, sur une mauvaise relance de Traianos Dellas, passait à côté (11e).

Première victoire sur la Grèce depuis 88 ans

Toujours aussi solides défensivement, les Grecs ne concédaient que de rares occasions au duo d'attaquants suédois composé de Zlatan Ibrahimovic et du vétéran Henrik Larsson (36 ans).

Sur l'une d'elles, Ibrahimovic plaçait une tête de peu au-dessus de la transversale d'Antonis Nikopolidis (32e).

Mais la meilleure action du premier acte était à mettre au crédit du milieu grec Angelos Basinas, qui expédiait une frappe puissante de 25 mètres difficilement repoussée par Isaksson (44e).

Le deuxième acte débutait sur le même schéma avec des Suédois maîtres du ballon et des Grecs, attentistes, prêts à saisir la moindre occasion sur un contre ou un coup de pied arrêté.

Dans ce contexte, il fallait une action de génie pour faire sauter le verrou grec et celle-ci intervint à la 67e minute de jeu.

A l'entrée de la surface, Ibrahimovic et Larsson réalisait un une-deux de toute beauté qui mettait le géant de l'Inter Milan en position de tirer. Sa frappe du coup de pied droit, pure et puissante, se logeait dans la lucarne de Nikopolidis (1-0).

Moins de cinq minutes plus tard, l'intenable Larsson se présentait seul face au gardien grec, perdait son duel mais Elmander, rentré à la place d'Ibrahimovic, adressait une chandelle devant le but.

Après un cafouillage à la réception, c'est finalement Petter Hansson qui poussait le ballon dans le but pour offrir un break définitif aux Suédois (2-0, 72e).

"Nous avons fait des erreurs décisives à deux reprises", regrettait Rehhagel. "Les Suédois nous ont imposé beaucoup de pression. Nous ne sommes pas parvenus à les mettre sous pression nous-mêmes. Il nous a manqué ce 'fighting spirit' à des moments-clés."

Incapables de prendre le jeu à leur compte, les Grecs ne parvenaient pas à se montrer réellement dangereux à l'exception d'un tir de Torosidis bien repoussé par Isaksson (88e).

Les Suédois pouvaient célébrer leur première victoire face aux Grecs depuis... 88 ans et un succès 9-0 lors des Jeux olympiques d'Anvers.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine