IRLANDE - REPORTAGE

Dernière ligne droite pour les Irlandais avant le vote

L'attention de toute l'Europe est tendue vers l'Irlande, seul pays des 27 à se prononcer par référendum sur le Traité de Lisbonne, alors que les camps du oui et du non jouent leurs dernières cartes. (Reportage : E. Irvine, J. Bodin)

Publicité

Découvrez les trois articles de FRANCE 24 sur le référendum en Irlande :

 
1. Le sort de l’UE est entre les mains des Irlandais
2. L’économie pèse sur le référendum irlandais
3. Les paysans troquent leur oui contre un accord favorable avec l’OMC


Le Premier ministre irlandais Brian Cowen a lancé mercredi un ultime effort en vue d'arracher un "oui" incertain au référendum de jeudi sur le traité de Lisbonne, observé avec inquiétude par le reste de l'Union européenne.

"Les gens ont conscience qu'ils ont une importante décision à prendre demain" (jeudi), a lancé le dirigeant centriste à Longford, à l'ouest de Dublin, lors d'un arrêt de son "Yes Bus" qui parcourt l'Irlande.

"Beaucoup se sont engagés de notre côté", a-t-il assuré, comme pour faire démentir des récents sondages qui donnent le "oui" et le "non" au coude à coude, voire le "non" en avance.

L'Irlande est le seul des 27 à se prononcer par référendum, comme l'y contraint sa constitution. Les autres pays ont opté pour une ratification parlementaire, ce que 17 capitales ont déjà fait, dont la Finlande et l'Estonie ce mercredi. La Grèce devait en faire autant dans la soirée.

Face à ce processus sans anicroche, la perspective d'un rejet du traité par 4,2 millions d'Irlandais, soit moins de 1% des 495 millions d'Européens, fait trembler les responsables bruxellois.

"L'Europe a été une bonne chose pour l'Irlande... Il n'y a rien à craindre dans ce traité", a répété Brian Cowen. Certains "nonistes" ont prédit une hausse de l'imposition, la fin de la neutralité militaire irlandaise, voire l'imposition de la légalisation de l'avortement, encore interdit en Irlande. Des craintes démenties par les partisans du "oui".

Les radios et télévisions se sont abstenues de parler du référendum mercredi, en vertu d'un "moratoire" volontaire effectif jusqu'à la fermeture des bureaux de vote jeudi soir. Les journaux, en revanche, ne se privent pas de lancer un dernier assaut.

"Dites +Non+ à un mauvais gouvernement à la française", écrit l'Irish Independent en employant le mot français "non". "N'abandonnez pas votre avenir à un gouvernement surdimensionné qui n'est ni transparent ni responsable", ajoute le journal.

"Le oui est impératif", répond l'Irish Times, ajoutant: "Un rejet de Lisbonne affaiblirait l'Irlande au moment où son économie est vulnérable".

Evoquant le miracle économique celtique qui a vu une Irlande pauvre se développer à vitesse grand V depuis l'adhésion à la CEE en 1973, le quotidien souligne que l'île a été "une des plus grandes réussites de l'Europe" et qu'elle a reçu de Bruxelles "deux fois plus qu'elle n'a donné, soit un gain net de 40 milliards d'euros".

Mary Lou McDonald, responsable de la campagne européenne de Sinn Fein, seule formation parlementaire à appeler à voter non, a elle aussi lancé un ultime plaidoyer. "Les électeurs irlandais doivent décider si ... le gouvernement peut obtenir un meilleur accord" en renégociant avec Bruxelles, a demandé dans un communiqué la représentante de Sinn Fein (4 députés sur 166).

"Les Irlandais pensent-ils réellement que c'est le meilleur accord qu'ils puissent obtenir?", a également estimé l'homme d'affaires Declan Ganley, fer de lance des "nonistes". "Je crois fermement que les Irlandais voteront non demain (jeudi) et qu'on entamera immédiatement le travail en vue de bâtir une meilleure vision de l'Europe pour tous ses citoyens", a-t-il déclaré dans un communiqué.

La campagne s'achève alors que le nombre de chômeurs vient de dépasser les 200.000 (5,4%), pour la première fois en neuf ans. Cela pourrait "enflammer les craintes liées à l'immigration" issue des nouveaux pays européens, estime l'Irish Examiner.

"Nous nous dirigeons vers une arrivée avec photo, après une course serrée", avertit l'Irish Examiner.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine