SOUDAN

Des dizaines de morts dans un avion en feu à Khartoum

Quelques minutes après l'atterrissage à l'aéroport de Khartoum, un Airbus de la Sudan Airways a pris feu avec 217 personnes à bord. Vingt-huit personnes, dont la nationalité n'a pas encore été établie, sont mortes (Récit : S. Bahr)

Publicité

 

KHARTOUM - Un avion de ligne soudanais a pris feu mardi soir peu après son atterrissage à l'aéroport de Khartoum, faisant au moins 28 morts sur les 217 personnes qui se trouvaient à bord, a-t-on appris mercredi de source autorisée.


Les autorités ont pour l'instant fait état de 123 survivants et de 28 corps transportés à la morgue tandis que le sort de 66 personnes restait inconnu, a déclaré le responsable des services médicaux de l'aéroport, Mohamed Osman Mahjoub.


Un précédent bilan de 120 morts s'est révélé inexact, a-t-il ajouté.


Certaines des 66 personnes manquant à l'appel ont peut-être survécu et quitté la zone de l'aéroport à la faveur de la confusion causée par l'incendie qui mardi soir.


La nationalité des victimes n'était pas encore établie mercredi matin.


Selon des habitants de Karthoum, au moment de l'atterrissage, une tempête de poussière limitait la visibilité à Khartoum et dans les environs.


La télévision soudanaise a diffusé des images de l'appareil en flammes dans la pénombre tandis que des secouristes arrosaient le fuselage à la lance à eau.

 

L'appareil, un Airbus de la compagnie Sudan Airways, venait d'Amman et transportait 203 passagers et 14 membres d'équipage, a indiqué la télévision.


Le ministre des Transports, Mabrouk Moubarak Salim, a indiqué qu'il y avait eu une explosion sur le côté droit du moteur. "Pour l'instant, les informations que nous avons ne sont pas précises, mais nous pensons que la météo est la principale cause de ce qui s'est passé", a-t-il déclaré.

 

Cause pas claire


Le directeur de l'aéroport, Yousouf Ibrahim, a souligné que la cause de l'accident n'était pas claire.


"Nous ne savons pas encore si c'est une raison technique. L'avion venait d'Amman et de Syrie (...) il s'est posé sans encombre à l'aéroport de Khartoum et il a contacté la tour de contrôle qui lui a indiqué où se diriger. C'est alors qu'une explosion s'est produite", a-t-il déclaré à la télévision soudanaise.


L'un des rescapés a expliqué devant les caméras qu'après une première approche, le commandant de bord avait fait savoir que l'atterrissage était impossible en raison du mauvais temps.


L'avion a alors pris la direction de Port Soudan, où il a tourné au-dessus de l'aéroport avant de repartir vers la capitale. "Lorsque (le pilote) a essayé d'atterrir, il y a eu un accident", a-t-il ajouté.


Un autre passager a fait état d'"une explosion au niveau de l'aile droite", deux ou trois minutes après l'atterrissage, qu'il a jugé "anormal".


A son point le plus fort, l'incendie a semblé consumer le fuselage et la zone du cockpit. Les toboggans d'évacuation étaient visibles sur les côtés de l'appareil en flammes, tandis que des ambulances arrivaient sur les lieux.


"La récupération des corps est en cours dans l'avion. Il s'agit d'une opération difficile, parce que certains cadavres sont complètement carbonisés et qu'il y a des morceaux de corps (...)", a déclaré à la télévision le directeur adjoint de la police nationale, Al Adel Adjeb.


Selon le porte-parole de l'aviation civile, le pilote a été légèrement blessé et tous les membres de l'équipage sauf un ont été retrouvés vivants.


"Le décompte des survivants est compliqué parce que dans la confusion, ils se sont dispersés et certains d'entre eux semblent avoir quitté la zone de l'aéroport", a indiqué le porte-parole.


L'équipage, a déclaré l'un de ses membres interrogé par la télévision soudanaise à l'hôpital, a réussi à "faire sortir beaucoup de monde".


Il y a cinq ans, un Boeing 737 s'était écrasé près de Port Soudan, peu après son décollage causant la mort de 104 passagers et les 11 membres d'équipage.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine