ROUTIERS - GREVE

La grève des routiers prend fin au Portugal

Les routiers portugais, en grève depuis lundi pour protester contre la flambée du gazole, ont mis fin à leur mouvement jeudi après l'accord obtenu la veille impliquant des allégements fiscaux et une réduction des tarifs des péages.

Publicité

Le transport de marchandises dans la péninsule ibérique est redevenu normal jeudi après trois jours de blocus, les routiers portugais ayant cessé leur grève contre le gazole cher, alors qu'en Espagne, la police a dégagé les barrages filtrants des camionneurs.

Dans les deux pays, il faudra toutefois attendre quelques jours pour que les stations service soient toutes approvisionnées en carburant et les supermarchés en produits frais, à cause des retards accumulés depuis lundi.

L'industrie automobile était ainsi toujours presque paralysée en Espagne, comme mercredi, faute de pièces détachées, même si les constructeurs notaient une "légère amélioration" avec une reprise des livraisons.

La rupture de livraison de pièces détachés construites en Espagne a entraîné jeudi l'arrêt de l'usine Peugeot Citroën de Mulhouse (est de la France) et menaçait la production en Allemagne "si les camions n'arrivent pas lundi", selon la principale fédération du secteur VDA.

Au Portugal, les routiers ont mis fin à leur mouvement après un accord intervenu mercredi soir entre le principal syndicat de transporteurs.

Les routiers portugais ont obtenu des allègements fiscaux et une réduction des tarifs des péages pour les routiers pour compenser la flambée du prix du carburant, mais pas la création d'un "gazole professionnel".

"Nous levons le blocus de tous les camions impliqués. Tous les camions vont pouvoir dorénavant circuler sans aucun problème", a annoncé un responsable des barrages filtrants.

En Espagne, la circulation était redevenue "normale" jeudi après trois jours de cauchemar, la police étant intervenue pour dégager les barrages filtrants.

Quelque 25.000 policiers étaient mobilisés pour garantir la libre circulation et 6.025 camions chargés d'aliments, de médicaments et de combustibles ont été escortés dans tout le pays.

Les deux frontières autoroutières avec la France, au Pays Basque (nord), et en Catalogne (nord-est) avaient été rouvertes mercredi par la police.

La ministre des Transports Magdalena Alvarez a signé mercredi soir avec les organisations de routiers majoritaires non-grévistes un plan de mesures, comprenant un projet d'indexation des tarifs des transporteurs sur le prix du carburant et des réductions fiscales.

Les deux organisations minoritaires en grève --Fenadismer et Confedetrans-- réclament toujours la fixation d'un tarif minimum jugé contraire par Madrid aux règles communautaires sur la libre concurrence.

Le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, les a appelées à reprendre le travail, les avertissant qu'il ferait preuve de "tolérance zéro" envers les grévistes faisant pression ou exerçant des violences contre les routiers au travail.

Dans le reste de l'Europe, les routiers néerlandais ont observé à la mi-journée une opération escargot qui a provoqué une centaine de kilomètres de bouchons cumulés en 18 points du pays.

Au Royaume Uni, des négociations étaient en cours jeudi pour éviter une grève prévue vendredi des conducteurs de camions-citernes qui fournissent le réseau de distribution de Shell.

Parallèlement, la grogne des pêcheurs européens contre le gazole cher se poursuivait, notamment en Espagne.

Le ministre français de la Pêche, Michel Barnier, a indiqué que la France, l'Espagne, le Portugal et l'Italie allaient proposer sous peu à Bruxelles de relever le plafond de certaines aides aux pêcheurs et la création d'un fonds spécial face à la flambée des prix du gazole.

Les taxis espagnols et portugais ont pris jeudi la relève des pêcheurs et des routiers. Les premiers ont annoncé une grève de 24 heures vendredi pour obtenir les mêmes compensations que les routiers, tandis que les seconds menaçaient de se mettre en grève.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine