GOLF

Tiger Woods effectue son grand retour à l'US Open

Absent des greens depuis neuf semaines pour cause d'opération du genou, le n°1 mondial Tiger Woods revient à la compétition à l'US Open. Woods jouera dans un "super trio" avec l'Américain Phil Mickelson et l'Australien Adam Scott.

Publicité

Opéré d'un genou mi-avril, l'Américain Tiger Woods, l'incontestable N.1 mondial, refait son apparition sur les greens en quête d'un 14e titre du Grand Chelem lors de l'US Open de jeudi à dimanche à Torrey Pines (Californie).

Quel Tiger Woods foulera le parcours du nord de San Diego pour cette deuxième levée du Grand Chelem 2008 ?

Le "Tigre" vorace et impitoyable qui a remporté cinq tournois consécutifs en début d'année et dont seuls les légendes retraitées de ce sport semblent être des rivaux ? Ou le joueur rendu vulnérable par une intervention pour soigner un cartilage du genou gauche, qui s'est contenté de 9 trous lundi et qui n'a pas effectué un parcours complet depuis sa 2e place au Masters, deux jours avant l'opération ?

"Suis-je complètement rétabli ? Probablement pas, a-t-il expliqué. Ca va mieux. Il (le genou) me fait encore un peu mal, mais rien de vraiment nouveau."

Gageons néanmoins que Woods, pour qui une deuxième place est un échec, a fait le déplacement avec quelques assurances sur sa forme et sur ses chances.

D'autant que le parcours de Torrey Pines, qui accueille tous les ans un tournoi PGA, lui a déjà apporté son lot de satisfactions. En 11 participations, le N.1 mondial, âgé de 32 ans, s'est imposé à six reprises.

Et si jamais le "Tigre" devait faillir sur ce parcours de 6989 m, le plus long de l'histoire des Grands Chelems, avec des greens placés en bord de falaises, son compatriote Phil Mickelson pourrait rafler la mise pour cette 108e édition.

Natif de San Diego, le dauphin au classement mondial s'est lui imposé à trois reprises à Torrey Pines. Les organisateurs ont d'ailleurs décidé de placer le gaucher aux premières loges pour assister au retour du "patron" en associant les deux hommes dans la même partie les deux premiers jours.

La partie sera même royale avec la présence à leurs côtés de l'Australien Adam Scott, N.3 mondial.

Les Européens, dont la dernière victoire à l'US Open remonte au Britannique Tony Jacklin en 1970, sont également ambitieux, à l'image de l'Irlandais Padraig Harrington et de l'Espagnol Sergio Garcia, vainqueur en mai du "Championnat des joueurs" considéré comme le 5e Grand Chelem officieux.

Fort de sa victoire à l'Open Britannique l'an passé, Harrington ne souhaite qu'une chose: "en gagner un second".

Sa cinquième place au Masters en avril et sa quatrième place dimanche au tournoi de Memphis témoignent de sa forme.

Garcia, battu en barrage par Harrington à l'Open britannique, n'a qu'une obsession: en finir avec l'étiquette de "meilleur joueur n'ayant jamais gagné un Grand Chelem".

"J'essaye d'être positif. Comme tout le monde, mon objectif est de gagner des tournois, des Grands Chelems", a affirmé l'Espagnol, 13 fois dans les 10 premiers en 38 Grands Chelems disputés.

Des soucis loin de ceux de Tiger Woods.

"Je suis bon pour le service. Revenez jeudi pour le début de la compétition et je serai prêt", a promis le "Tigre" aux indécis.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine