JAPON - SEISME

Le nord du Japon secoué par un violent séisme

Au moins deux personnes sont mortes au Japon après un tremblement de terre de magnitude 7 sur l'échelle de Richter. La secousse s'est produite dans le nord de l'île principale de Honshu, à 500 kilomètres de Tokyo.

Publicité

Deux personnes ont été tuées dans un très violent séisme qui a frappé samedi matin le nord du Japon, a annoncé le porte-parole du gouvernement.

"A l'heure actuelle nous avons deux morts confirmés. Une personne qui pêchait a été tuée dans un glissement de terrain dans la préfecture de Fukushima. Une autre à Ichinoseki (préfecture d'Iwate) a été écrasée par un camion alors qu'elle fuyait sa maison à cause du séisme", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Nobutaka Machimura.

"Huit personnes sont blessées, dont une grièvement", a-t-il ajouté.

La secousse s'est produite à 08H43 (23H43 GMT), à 10 km seulement de profondeur, et a été fortement ressentie dans tout le nord de l'île principale de Honshu, principalement dans les préfectures d'Iwate et de Miyazaki (nord-est), à environ 500 km de Tokyo, a indiqué l'agence.

Une réplique a été ressentie moins d'une heure après.

Le tremblement de terre a atteint à la frontière entre les deux préfectures l'intensité "6+" sur l'échelle sismique japonaise, qui compte 7 degrés et mesure la violence des secousses ressenties à la surface. Un séisme d'une telle force est susceptible de provoquer des dégâts matériels très importants.

La télévision publique NHK a rapporté qu'une maison s'était effondrée dans la ville d'Ichinoseki, dans la préfecture d'Iwate, blessant une personne, et que des enfants et au moins un enseignant avaient été blessés par des bris de vitres dans la ville d'Oshu, située également dans cette préfecture.

Un responsable des pompiers d'Oshu a déclaré que beaucoup de résidents avaient été blessés par la chute d'objets au cours du séisme.

Mais les premières informations ne semblent pas indiquer des dégâts trop importants. Un hélicoptère de la chaîne NHK a survolé les zones de l'épicentre, et les fermes et les bâtiments ne portent pas de traces visibles de dommages et le trafic automobile s'écoule normalement.

Par mesure de précaution, les trains à grande vitesse ont été automatiquement arrêtés.

"J'étais au volant de ma voiture quand elle a tout d'un coup commencé à trembler. J'ai vu les poteaux téléphoniques et les immeubles osciller violemment. C'est là que j'ai réalisé que c'était un tremblement de terre", a raconté à la chaîne NHK un employé de la ville de Kurihara, une ville de la préfecture de Miyagi proche de l'épicentre.

"J'ai vu des vitres brisées et des tuiles sur le sol, mais pas d'immeuble détruit", a-t-il ajouté.

Situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, le Japon subit des milliers de tremblements de terre chaque année.

Le dernier en date, de magnitude 6,7 sur l'échelle ouverte de Richter, s'était produit le 8 mai dans l'est du Japon, mais à 40 km sous le fond de l'océan Pacifique, sans faire de victime, ni gros dégât.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine