TCHAD - REBELLION

Les rebelles se retirent de la ville de Goz Beida

Après avoir attaqué la ville de Goz Beida, à l'est du Tchad, les rebelles se sont retirés, selon le ministre tchadien de la Communication Mahamat Hissène, essuyant également quelques tirs de l'Eufor, venue récupérer des humanitaires.

Publicité

L'armée tchadienne est "à la poursuite" des "mercenaires à la solde du Soudan" qui sont "en fuite", a affirmé samedi soir le ministre tchadien de la Communication Mahamat Hissène, commentant le départ des rebelles qui ont tenu quelques heures la ville de Goz Beida (est du Tchad).

"Une colonne de mercenaires a opéré un coup de main sur Goz Beida avant de s'enfuir vers l'est où ils sont poursuivis par les forces de défense et de sécurité", a affirmé le ministre, également porte-parole du gouvernement.

"Entrés dans la ville, les mercenaires ont tiré à tout vent, tuant une femme, brûlant le garage de la GTZ, un organisme allemand, ils ont également braqué le responsable de la téléphonie mobile et emporté la caisse, ainsi que trois véhicules des humanitaires" a affirmé M. Hissène.

La rébellion tchadienne, qui affirme vouloir prendre N'Djamena, a brièvement occupé Goz Beida samedi.

Goz Beida, dans un secteur de collines, est un pôle important dans le sud-est tchadien. Pas moins de 80.000 déplacés tchadiens sont concentrés sur une dizaine de sites autour de la ville, alors que 36.000 réfugiés du Darfour, province du Soudan voisin, vivent dans deux camps proches.

Quelque 500 soldats irlandais et néerlandais de l'Eufor, la force européenne déployée dans l'est pour protéger les réfugiés et les déplacés, ont installé leur camp à l'ouest de la ville. Ils ont accompli des missions samedi pour récupérer et protéger les personnels humanitaires.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine