24 HEURES DU MANS

Audi l'emporte sur Peugeot dans une course parfaite

L'Audi R10 TDI de Kristensen, Capello et McNish est sortie victorieuse de la 76e édition des 24 heures du Mans automobiles, devant les Peugeot 908 HDi-FAP, après avoir bouclé 381 tours. Audi remporte son 8e succès dans la course d'endurance.

Publicité

L'Audi R10 TDI de Tom Kristensen, Rinaldo Capello et Allan McNish a remporté dimanche la 76e édition des 24 Heures du Mans automobiles, devant les Peugeot 908 HDi-FAP de Gené-Minassian-Villeneuve et Montagny-Klien-Zonta, après avoir bouclé 381 tours depuis samedi 15h00.

L'Audi diesel victorieuse a livré une course parfaite et ultra-réaliste. La pluie, et surtout le talent de son trio de pilotes sur piste mouillée, lui a d'abord permis de prendre la tête de l'épreuve au petit matin, avant d'être servie par la chance à deux heures de l'arrivée lorsqu'un tête-à-queue de Kristensen, sous la passerelle Dunlop, n'a pas fini dans le bac à graviers.

Avec ce nouveau succès, le 3e consécutif de son prototype diesel, Audi remporte son 8e succès dans la grande course d'endurance... tout comme le Danois Kristensen qui améliore son record personnel.

Au terme d'un final haletant, la constance d'Audi a été récompensée. La marque allemande, invaincue dans la Sarthe depuis 2000, n'a connu aucun souci technique et place ses trois protos dans le Top 6: les vainqueurs, mais aussi Luhr-Prémat-Rockenfeller (4e) et Biela-Pirro-Werner (6e).

Côté français, l'équipage de la N.9, Montagny-Klien-Zonta (3e), complète le podium. Quant à Lamy-Sarrazin-Wurz (5e), pourtant les plus rapides en course (3:19.394 samedi soir), ils ont connu une série de soucis et terminé loin des vainqueurs.

Coup de poker

Peugeot peut se mordre les doigts d'avoir laissé échapper une dernière occasion de gagner la course, sur un mauvais choix de pneus à une heure de l'arrivée.

"Nos informations disaient que ce serait sec jusqu'à la fin, donc on a tenté d'aller au bout avec les mêmes pneus sans ravitailler", a tenté d'expliquer le directeur de Peugeot Sport, Michel Barge. "C'était une décision prématurée et notre choix n'était peut-être pas tout à fait exact..."

Alors que la N.7 de Minassian avait réussi à revenir à deux minutes de l'Audi et repassait dans son stand au moment précis où la pluie se remettait à tomber, le choix de ne pas chausser de pneus pluie, mais plutôt des "slicks", en pariant sur le caractère passager de l'averse, s'est révélé perdant.

En effet, quelques secondes plus tôt, la rivale allemande avait fait le choix de la sécurité en montant des pneus intermédiaires. La preuve de ce pari raté: à 20 minutes de la fin, Peugeot a enfin monté des pneus pluie sur la N.7, mais trop tard. Maigre consolation: deux 908 sur le podium, au lieu d'une seule l'an dernier pour le retour du Lion au Mans.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine