TCHAD - VIOLENCES

Incidents entre l'Eufor et des rebelles dans l'est du Tchad

Des soldats de l'Eufor, chargés de protéger un camp de réfugiés à Goz Beida, ont ouvert le feu après avoir été pris dans un échange de tirs entre l'armée et un groupe non identifié. Ecoutez le porte-parole de l'Eufor à N'Djamena.

Publicité

Le quartier général de la force européenne au Tchad et en Centrafrique, abrité au Mont Valérien, près de Paris, a confirmé dans la nuit de samedi à dimanche que des soldats européens avaient ouvert le feu lors d'incidents survenus près de Goz Beida, dans l'est du Tchad.

"Des troupes irlandaises de l'Eufor, déployées pour protéger le camps de réfugiés et de personnes déplacées de Djabal, à quatre kilomètres au nord-ouest de Goz Beida, ont ouvert le feu" samedi, a indiqué l'Eufor Tchad-RCA dans un communiqué publié à Paris.

Les soldats européens avaient été pris "dans un échange de tirs entre un groupe armé non identifié et l'Armée nationale tchadienne", a-t-elle précisé.

Toujours selon le QG de l'Eufor Tchad-RCA, ils ont "répliqué par des tirs de sommation, n'enregistrant aucune victimes dans leurs rangs".

"L'Eufor a immédiatement renforcé sa présence dans la zone située entre le lieu où se sont produits ces incidents et les camps les camps de réfugiés et de personnes déplacées", a poursuivi la force européenne.

De plus, "des reconnaissances terrestres et aériennes ont été déployées pour surveiller l'évolution de la situation et assurer la protection des camps".

L'Eufor a également confirmé qu'un "certain nombre de travailleurs humanitaires ont été évacués à leur demande par des véhicules néerlandais sur le camp du bataillon multinational de l'Eufor à Goz Beida, placé sous commandement irlandais".

"Cet incident souligne la complexité de l'opération de l'Eufor et démontre l'importance de la présence d'une force multinationale professionnelles pour relever ce défi", a commenté l'état-major de l'Eufor.

La rébellion tchadienne, qui affirme se diriger sur N'Djamena, a brièvement occupé samedi la ville de Goz Beida, située à 75 km de la frontière soudanaise et entourée de camps de réfugiés.

Le gouvernement tchadien a de son côté expliqué qu'une "colonne de mercenaires à la solde du Soudan avait opéré un coup de main avant de s'enfuir vers l'est où ils sont poursuivis par les forces de défense et de sécurité".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine