Accéder au contenu principal
ETATS-UNIS - HOMOSEXUALITE

La Californie dit "oui" au mariage homosexuel

3 min

La Californie devient le 2e Etat américain, après le Massachusetts, à autoriser les unions homosexuelles. C'est le résultat d'une bataille judiciaire qui a duré quatre ans. Les opposants veulent organiser un référendum. (Récit : C. Dansette)

Publicité

L'économie en Californie (ouest) va connaître un coup de fouet avec l'entrée en vigueur lundi de la légalisation des mariages homosexuels, et certains secteurs comme l'hôtellerie proposent déjà des offres spéciales aux gays pour capter la manne espérée.

L'effet économique devrait être d'autant plus sensible que la Californie, qui compte plus de 37 millions d'habitants, permet aussi à des personnes venues des autres Etats américains d'échanger légalement leurs voeux, contrairement au Massachusetts (nord-est), seul Etat qui reconnaissait jusqu'ici les unions gay.

Dans une étude récente, l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) a estimé que plus de 50.000 couples du même sexe vivant sur place et 67.000 autres venus des 49 autres Etats se marieraient en Californie d'ici à 2011.

En termes d'activité économique, "les dépenses directes de couples californiens du même sexe pour leur mariage, et celles de couples venus d'ailleurs pour leur mariage et leurs frais de séjour vont doper l'économie californienne de plus de 683,6 millions de dollars sur trois ans" et créer environ 2.100 emplois, selon la même source.

Ce regain d'activité anticipé "va être bienvenu pour le secteur du voyage et du tourisme, qui est actuellement un peu inquiet des effets de l'économie (américaine) sur le tourisme traditionnel", remarque Jack Kyser, analyste économique en chef de la chambre de commerce de Los Angeles.

Et de rappeler que la plupart des couples homosexuels répondent à la définition d'une catégorie de consommateurs très recherchée par les commerçants, les "DINK", pour "dual income, no kid", c'est à dire "deux salaires, pas d'enfant".

Si certaines régions de Californie, notamment les fiefs conservateurs de la vallée agricole centrale, "ont fait savoir qu'elles n'étaient pas ravies" d'accueillir des homosexuels venus se marier, note M. Kyser, d'autres villes jouent le jeu à fond, et ont même lancé des campagnes de publicité.

San Francisco, dont le quartier de Castro est considéré comme la "Mecque" homosexuelle américaine, vient immédiatement à l'esprit, mais Los Angeles veut aussi sa part: "avec toutes ses curiosités et ses attractions, ainsi qu'une tradition de tolérance, Los Angeles, amicale envers les homosexuels, va bientôt devenir la destination parfaite pour les mariages gays et lesbiens", affirme ainsi l'office de tourisme de la deuxième ville des Etats-Unis.

C'est dans l'ouest de l'agglomération et particulièrement West Hollywood que se concentre la communauté homosexuelle: environ 40% des 37.000 habitants de cette localité sont homosexuels et les commerces s'y préparent à de lourdes journées de travail.

"La fin de l'interdiction du mariage homosexuel a vraiment fait augmenter le taux d'occupation", explique à l'AFP Zoe Caratas, directrice des ventes de l'hôtel Ramada, situé à quelques pâtés de maisons de la mairie.

L'établissement, à l'instar de plusieurs de ses concurrents du quartier, propose à ses clients des formules spéciales mariage homosexuel: pour 599 dollars hors taxe, le couple dispose de deux nuits dans une suite "rénovée", d'une bouteille de champagne et d'une place de parking gratuite.

Organisateurs de mariage, traiteurs et loueurs de salles ne sont pas en reste: la célèbre salle de concerts "House of Blues", sur Sunset Boulevard, a mis en place des "après-midi du oui" à 799 dollars, échange des voeux, gâteau de mariage, champagne et bouquets à la boutonnière compris.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.