PETROLE - FRANCE

Nouvelle journée d'action contre le pétrole cher

Une nouvelle série d'actions de chauffeurs routiers contre le pétrole cher est prévue lundi dans toute la France. Des blocages routiers sont à prévoir dans le Sud. Des ambulanciers privés et des chauffeurs de taxi doivent aussi manifester.

Publicité

Les routiers en colère contre le gazole cher organisent de nouveau lundi dans toute la France une série d'opérations de protestation à l'appel des trois principales organisations du secteur.

Ils ont toutefois pris soin de programmer leurs actions entre 9h00 (07h00 gmt) et 16h00 (14h00 gmt) pour ne pas gêner outre mesure les candidats au baccalauréat dans leurs épreuves.

Les actions les plus dures devraient toucher certaines routes du sud de la France, à Bordeaux et à la frontière espagnole notamment, avec des blocages de ces axes par les routiers, a prévenu l'Unostra (Union nationale des organisations syndicales des transporteurs routiers automobiles), représentant les PME et très petites entreprises.

Dans de nombreuses régions, environ 3.000 camions au total devraient de leur côté organiser des opérations escargots --bloquant la voie de droite mais laissant libre celle de gauche-- sur les routes les plus fréquentées, selon la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), plus grande des organisations du secteur (12.500 entreprises).

"C'est un mouvement qui se veut mesuré et ordonné. Il s'agit de manifester et non de bloquer tout", a affirmé le délégué général de la FNTR, Jean-Paul Deneuville.

En Ile-de-France et en Bretagne, la FNTR a également prévu des opérations de péages gratuits.

Etranglés par la cherté du pétrole --le poste carburant représentant 30% de leurs dépenses--, les routiers français estiment souffrir d'une fiscalité désavantageuse comparé à leurs rivaux européens, aussi bien sur le gazole que dans le domaine social.

Lundi, les ambulanciers privés et les chauffeurs de taxis, tout aussi frappés par la flambée du carburant, vont également manifester à Paris pour les premiers, en province pour les seconds.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine