LIBAN - VIOLENCES

Combats entre rivaux politiques dans l'est du Liban

Des partisans de groupes politiques sunnites et chiites ont échangé des coups de feu dans deux villages de la vallée de la Békaa, au sud-est du Liban, selon un responsable militaire. Trois personnes ont été tuées.

Publicité

Trois personnes ont été tuées mardi lors d'accrochages armés entre partisans de groupes politiques rivaux dans deux villages de la Békaa (est), a indiqué un responsable de l'armée libanaise.

"Trois personnes sont mortes et quatre ont été blessées" dans ces affrontements qui ont eu lieu à Saadnayel et Taalbaya avant l'aube et dont la cause "reste inconnue", a précisé à l'AFP ce responsable, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

"Il y a eu un échange de coups de feu dans des zone mixtes (sunnites-chiites). Nous avons déployé de nombreux soldats et la situation est désormais sous contrôle", a-t-il ajouté.

Selon un correspondant de l'AFP, des tirs d'armes automatiques, d'obus de mortiers et de lance roquettes ont été entendus du milieu de la nuit jusqu'à l'aube.

Deux des victimes ont été tuées par des balles tirées à partir d'un véhicule, incident qui aurait déclenché les confrontations dans les villages de Saadnayel et Taalbaya, a-t-on appris de sources médicales et sécuritaires.

"Il y a eu un échange de tirs dans ces régions mixtes (sunnites-chiites). Nous avons dépêché une importante force et la situation est maintenant sous contrôle", selon un responsable militaire.

Le bilan de ces accrochages est le plus élevé depuis les violences survenues début mai et qui avaient fait 65 morts, avant la conclusion d'un accord le 21 mai à Doha ayant permis l'élection d'un président de la République, Michel Sleimane. Un gouvernement d'union nationale n'a toujours pas été formé.

La semaine dernière, des accrochages armés similaires entre partisans sunnites du Courant du Futur, principal bloc de la majorité antisyrienne, et militants du Hezbollah chiite, fer de la lance de l'opposition libanaise, avaient fait quatre blessés dans ces deux villages.

Malgré le déploiement de l'armée dans Saadnayel et Taalbaya, la plupart des commerces sont restés fermés et le trafic était peu intense, les résidents craignant une reprise des confrontations, a indiqué le correspondant de l'AFP.

"Si nous ne parvenons pas à une solution globale, il y aura toujours un risque de nouveaux accrochages", a averti le responsable militaire.

La région de la Békaa, où l'influence du Hezbollah est importante, a été relativement épargnée par ces combats.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine