GUINEE EQUATORIALE - JUSTICE

Ouverture du procès du mercenaire Simon Mann

Accusé d'avoir organisé un coup d'Etat contre le président Obiang Nguema en 2004, le mercenaire britannique Simon Mann comparaît devant la justice de Guinée équatoriale. Le parquet a requis 32 ans de prison contre lui. (Récit : S. Ramsamy)

Publicité

MALABO - Le parquet de Guinée équatoriale a requis mardi 32 années d'emprisonnement contre le mercenaire britannique Simon Mann, accusé d'avoir fomenté une tentative de coup d'Etat en 2004.

Dans son réquisitoire, présenté dès l'ouverture du procès, le procureur général, José Olo Obono a également accusé Mark Thatcher, fils l'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher mis en cause directement par Mann, d'être l'un des instigateurs de la tentative de coup d'Etat.

Le procès du mercenaire britannique s'est ouvert le matin même à Malabo dans de strictes conditions de sécurité.

 

Des soldats armés de fusils-mitrailleurs patrouillaient autour du centre de conférence où se tient le procès.

Vendredi, le procureur général avait déclaré que Mann, arrêté il y a quatre ans au Zimbabwe alors qu'il se dirigeait avec 70 autres mercenaires vers la Guinée équatoriale, devrait répondre de trois chefs d'accusation: crimes contre le chef de l'Etat, crimes contre le gouvernement et crimes contre la paix et l'indépendance du pays.

Ces crimes sont passibles de la peine de mort, a ajouté le magistrat, qui a cependant dit douter que la peine capitale soit requise.

Dans une interview télévisée diffusée en mars en Grande-Bretagne, Mann a reconnu qu'il voulait chasser du pouvoir le président Teodoro Obiang Nguema, qui dirige la Guinée équatoriale depuis 1979.

Son avocat a cependant déclaré mardi qu'il n'était qu'un "simple instrument" du coup d'Etat et non l'un de ses organisateurs principaux.

Le mercernaire, âgé de 55 ans, a été extradé du Zimbabwe en février dernier.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine