FOOTBALL - PORTUGAL

Porto revient en Ligue des champions

Le FC Porto, exclu de la Ligue des champions pour une affaire de corruption, a été réintégré dans la compétition en profitant des délais d'examen de son cas. Le Benfica, qui aurait dû prendre sa place, dénonce une décision "étrange".

Publicité

Le club du Benfica Lisbonne (1er div portugaise) a annoncé mardi son intention de porter plainte contre la Fédération portugaise de football (FPF) après l'annonce de la réintégration par l'UEFA du FC Porto en Ligue des champions (C1) la saison prochaine

Dans un communiqué publié sur son site internet, le Benfica dénonce une "décision pour le moins étrange" et met en cause "la négligence une fois de plus de la FPF, le silence assourdissant de son président, l'absence de décisions du Conseil de Justice de la Fédération et la totale passivité du secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports".

Lundi soir, l'UEFA avait confirmé la réintégration du FC Porto la saison prochaine en C1 expliquant, dans un communiqué, que "les procédures légales ne sont pas encore terminées au Portugal".

Le 4 juin, l'instance disciplinaire de l'UEFA avait décidé d'exclure le FC Porto de la Ligue des champions suite à sa condamnation par la commission disciplinaire de la Ligue nationale portugaise pour "tentatives de corruption d'arbitres" lors de la saison 2003-2004. Mais vendredi dernier, le comité d'appel de l'UEFA avait annulé cette décision en attendant l'examen du dossier par le Conseil de Justice de la FPF.

Dommages et intérêts

Le Benfica qui pouvait espérer, grâce à l'exclusion de Porto, disputer le 3e tour préliminaire de la C1, a décidé d'engager "immédiatement toutes les poursuites judicaires pour que soit rétablie la vérité, que soit sanctionnée la conduite négligente de la Fédération et obtenir réparation pour les dommages subis", précise le communiqué du club.

Selon le quotidien portugais Correio da Manha, citant des sources du Benfica, le club de Lisbonne a l'intention de réclamer 30 millions d'euros de dommages et intérêts à la Fédération.

Cette affaire constitue un énième rebondissement dans le scandale du "sifflet doré", qui avait éclaté en avril 2004 au Portugal, mettant au jour un système de trafic d'influences et de corruption largement répandu dans le football professionnel.

Accusé d'avoir acheté des arbitres à deux reprises lors de la saison 2003-2004, le FC Porto avait été sanctionné en mai dernier par la Ligue portugaise de football de 6 points de pénalité et 150.000 euros d'amende, et son président Jorge Pinto da Costa avait écopé de deux ans de suspension.

Assuré malgré tout de remporter le championnat, le club de Porto n'avait pas fait appel, contrairement à son président qui avait saisi le Conseil de justice de la FPF. Selon la presse portugaise, les deux dossiers ont pourtant été joints par le club, sur les conseils de la FPF, lors du recours devant le comité d'appel de l'UEFA.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine