BASKETBALL - NBA

Les Celtics couronnés rois de la NBA

La victoire des Celtics de Boston sur les Los Angeles Lakers, 131 à 92, dans le sixième match de la finale de la NBA, permet aux co-équipiers de Paul Pierce, élu Most valuable player (MVP), de remporter un 17e titre.

Publicité

Equipe la plus couronnée de la NBA, les Boston Celtics, qui patientaient depuis 1986, ont ajouté un 17e titre à leur palmarès en écrasant les Los Angeles Lakers 131 à 92 lors du match N.6 de la finale, mardi dans leur salle.

Entre 1957 et 1969, sous la houlette du légendaire entraîneur Red Auerbach, dont la statue trône au centre-ville, les Celtics avaient remporté 11 titres sur 13 possibles, dont huit consécutifs (1959-1966).

Une nouvelle génération, symbolisée par Larry Bird, avait ensuite fait les beaux jours des supporteurs de Boston dans les années 1980, avec trois titres (1981, 1984 et 1986) et deux finales (1985 et 1987).

Et depuis plus rien...

Mais cette saison, tout a changé avec les arrivées de Kevin Garnett et de Ray Allen. De l'une des plus mauvaises équipes l'an passé, les Celtics sont devenues la meilleure.

"Je savais que si j'avais (à mes côtés) d'autres avec lesquels jouer, je pourrais m'ajuster. Une fois que ces gars sont arrivés, je savais que cela se passerait bien et qu'on ramènerait le N.17", a expliqué l'ailier Paul Pierce. C'est incroyable ce que nous venons de faire après l'année dernière."

Et cette finale n'a fait que confirmer la suprématie, essentiellement basée sur la défense, des joueurs du Massachusetts pendant la saison régulière.

Les Celtics avaient raté l'occasion dimanche à Los Angeles de boucler la saison.

Mais revenus devant leur assourdissant public, les Verts n'ont pas laissé passer leur chance.

Paul Pierce MVP

Dès le deuxième quart-temps, remporté (34-15), les Celtics ont pris le large, en dominant les Lakers dans tous les coins du parquet. Sous les panneaux, l'Espagnol Pau Gasol (11 pts et 8 rebonds) et Lamar Odom (14 pts et 10 rebonds) ont subi la loi d'un immense Kevin Garnett (26 pts et 14 rebonds), bien aidés par ses coéquipiers à l'intérieur (48 rebonds aux Celtics contre 29 aux Lakers). Paul Pierce (17 pts et 10 passes) a tenu la dragée haute à Kobe Bryant (22 pts). Ray Allen s'est promené sur son aile (26 pts dont 7 tirs à 3 pts).

Mais c'est aussi le banc des Celtics qui a montré sa supériorité sur son vis-à-vis, avec un Ronny Turiaf dont le rêve est passé de devenir le deuxième Français titré après Tony Parker.

Après avoir fait la différence à la pause en menant de 23 points (58-35), les Celtics se sont juste appliqués à jouer avec sérieux avant de savourer les dernières minutes sur le parquet. En face les Californiens ont vécu un calvaire se faisant littéralement humilier sur le parquet (42 encaissés dans les 12 dernières minutes) et "chambrer" depuis les tribunes.

Et quoi de plus naturel que le titre de MVP attribué à Paul Pierce, joueur né à... Los Angeles, mais Celtic depuis 1998.

En même temps que ce trophée, l'ailier reçoit donc sa première bague de champion NBA, tout comme Garnett, en larmes après le titre, et Allen, alors que Sam Cassell, le meneur remplaçant en est à trois (Houston 1994 et 195) et James Posey à deux (Miami 2006).

Et cette génération pourrait ne pas s'arrêter là et poursuivre la collection des précédesseurs.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine