ZIMBABWE

Le n°2 de l'opposition zimbabwéenne risque la peine de mort

Tendai Biti, secrétaire général du parti zimbabwéen MDC, parti de l'opposant Morgan Tsvangirai, a été inculpé de subversion, à une semaine du second tour de l'élection présidentielle. Il encourt la peine de mort. (Récit : L. Kammourieh)

Publicité

Consultez notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

 

Le numéro deux de l'opposition au Zimbabwe, Tendai Biti, a été inculpé jeudi devant un tribunal de Harare de subversion, peine pour laquelle il encourt la peine de mort, a constaté l'AFP à huit jours du second tour de la présidentielle.

M. Biti, secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a été inculpé de "subversion", "complot" pour truquer le résultat des élections générales du 29 mars en versant des pots-de-vin à des agents électoraux, "publication de fausses nouvelles" et "insultes au président", selon l'acte d'inculpation lu par le procureur Florence Ziyambi.

Le dossier d'accusation déposé par la police soulignait que "l'accusé (faisait) face à des accusations graves qui peuvent entraîner une peine capitale".

L'inculpation de M. Biti est survenue alors que l'étau se ressert autour du MDC à l'approche du second tour de la présidentielle entre le chef de l'Etat Robert Mugabe et le chef du MDC Morgan Tsvangirai, fixé au 27 juin.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine