FRANCE - AFGHANISTAN

Libération du Français enlevé en mai en Afghanistan

Le Français, établi depuis de nombreuses années en Afghanistan, avait été enlevé le 29 mai dans la province de Ghazni (est du pays). Il a été libéré avec ses deux accompagnateurs afghans. Il est en bonne santé et en route pour la France.

Publicité

Un homme d'affaires français enlevé en Afghanistan fin mai a été "libéré" jeudi avec ses deux accompagnateurs afghans et il est "en bonne santé", a-t-on appris vendredi auprès du ministère français des Affaires étrangères.

"Johan Freckhaus a été libéré hier (jeudi) de même que ses deux accompagnateurs afghans", a-t-on déclaré au Quai d'Orsay. "Il est en bonne santé. Il est en route pour la France", a-t-on précisé de même source.

Le Français, âgé de 37 ans et établi depuis de nombreuses années en Afghanistan, dirigeait une entreprise de construction. Il avait été enlevé le 29 mai dans la province de Ghazni, sur la route entre Kandahar (sud) et Kaboul, en compagnie d'un collaborateur et de son chauffeur.

A la demande des autorités françaises qui arguaient de la sécurité de l'otage, l'Agence France-Presse s'était abstenue de publier toute information sur cet enlèvement.

A Kaboul, un officier des services de renseignements afghans, qui a requis l'anonymat, a confirmé l'information.

"Un ressortissant français et ses collaborateurs afghans, enlevés dans la province de Ghazni il y a plusieurs semaines ont été libérés", a-t-il déclaré.

"Il a été remis à des représentants de l'ambassade de France à Kaboul. Dans un premier temps, ses ravisseurs avaient demandé la libération de quatre prisonniers, mais le gouvernement afghan avait refusé", a-t-il ajouté.

"A la demande de l'ambassade de France, des négociations directes avaient été ouvertes entre les familles du ressortissant français et des otages afghans et les ravisseurs, par l'intermédiaire de l'ambassade", a poursuivi l'officier.

"Aucun échange de prisonniers n'a eu lieu", a-t-il assuré.

Son enlèvement n'avait pas été revendiqué et les porte-paroles des talibans avaient assuré à plusieurs reprises ne pas en être responsables.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine