NATATION - OPEN DE PARIS

Record européen du 4x100 pour la France

Les quatre mousquetaires des bassins, Alain Bernard, Amaury Leveaux, Frédérick Bousquet et Fabien Gilot, ont consolidé leur relais 4x100m en battant le record européen. A quelques jours de Pékin, les Français frappent un grand coup.

Publicité

En enlevant le record d'Europe pour sa première course depuis qu'il a été constitué, le relais 4x100 m nage libre messieurs français a fait une entrée remarquée lors de l'Open de Paris, à un mois et demi des jeux Olympiques.

Emmené par le détenteur du record du monde du 100 m libre, Alain Bernard, le relais compte dans ses rangs quatre nageurs de talent: hormis Bernard, on y retrouve Amaury Leveaux, détenteur du record d'Europe du 50 m nage libre, Fabien Gilot, troisième performeur mondial de l'année sur 100 m nage libre et Frédérick Bousquet, quatrième performeur mondial de l'année sur 50 m nage libre.

L'équipe de France n'a jamais présenté aux Jeux un relais si fort avec autant d'espoirs de décrocher le titre olympique, qui manque cruellement au palmarès tricolore et dont Claude Fauquet en a fait le rêve pour sa dernière mission à la tête de la DTN cette année.

"Individuellement, il y a de la marge et ce qui résulte au total des quatre (relayeurs), c'est qu'il y a encore plus de marge", explique Bernard.

Plus que quatre nageurs, ce sont quatre +potes+, qui ont presque grandi ensemble alors qu'ils se côtoient depuis les juniors. "Chaque fois qu'on sort avec le relais, on prend du plaisir. C'est vraiment une bande de copains, on se régale", raconte Gilot.


Une page de l'histoire

La veille de leur performance (à 8/100e du record du monde détenu par les Américains), les six relayeurs, avec Grégory Mallet et Boris Steimetz, ont été réunis par Fauquet. "J'ai vécu un moment fort avec eux", confie le DTN, qui n'était pas peu fier d'aller assister aux sélections américaines la semaine prochaine, le record de ses petits gars en poche.

Pour leur première sortie, les garçons avaient envie de marquer le coup. "On s'est dit: il faut qu'on se motive, qu'on essaie d'aller chatouiller, pourquoi pas, le record du monde. Et on on a calculé. On s'est dit: avec les prises de relais c'est jouable. On a tapé et c'est parti. C'est ça qui est génial !", raconte Bernard.

Il s'agissait aussi de montrer que le groupe était soudé après l'incident sur le 100 m nage libre avec les nageurs de Marseille et qu'on pouvait compter sur lui.

"On voulait prouver que cette équipe, les six, on était soudé, on était ensemble pour marquer une page de l'histoire de la natation. C'est ce qu'on est entrain de faire", souligne Leveaux.

Pour leur prochaine sortie, les relayeurs seront à Pékin où ils livreront une rude bataille, mais pour une fois à armes égales, avec notamment les Américains, emmenés par Michael Phelps, et les Australiens, portés par Eamon Sullivan.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine