EUROPE - VENEZUELA

Solana juge la réaction de Chavez disproportionnée

Javier Solana juge la menace d'Hugo Chavez de ne plus fournir de gaz à l'Europe après le vote de la loi (européenne) sur l'expulsion des sans-papiers "absolument disproportionnée". (Récit P. Paccard)

Publicité

Le diplomate en chef de l'UE Javier Solana a estimé vendredi "absolument disproportionnée" la menace du président vénézuelien Hugo Chavez de ne plus fournir de pétrole aux Européens après le  vote d'une loi européenne sur l'expulsion des sans-papiers.

"A mon avis c'est absolument disproportionné", a simplement déclaré M. Solana aux journalistes qui l'interrogeaient au sommet européen sur cette menace agitée jeudi soir par Hugo Chavez, chef de file de la gauche anti-libérale en Amérique latine.

La loi adoptée mercredi au Parlement européen sur le renvoi des sans-papiers a déclenché un profond sentiment d'injustice et de colère sur le continent sud-américain, qui a reçu pendant des siècles des vagues d'immigrés venus du Vieux continent.

Elle a été notamment été dénoncée par la Bolivie, l'Equateur, l'Argentine et le Brésil.

Mais c'est M. Chavez qui a réagi le plus fortement, en menaçant de ne plus fournir de pétrole aux pays européens et riposter par le "retour de leurs investissements".

"Notre pétrole ne devrait pas aller vers ces pays européens", a déclaré le chef de l'Etat vénézuélien lors d'une conférence de presse.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine